Partager

Le candidat du parti CNAS a visité le Bwatun, dans le cercle de Tominian où il était attendu par ses nombreux militants et sympathisants.
Le dimanche 11 février est une date que les habitants de Tominian ne sont pas près d’oublier. C’est ce jour, en effet, que le candidat du parti Convention nationale pour une Afrique solidaire (CNAS), Soumana Sako, à la tête d’une forte délégation, a choisi pour fouler le sol du Bwatun et y rencontrer les milliers de militants et sympathisants. Après un accueil populaire qui a commencé à huit kilomètres de la porte de la ville de Tominian, le candidat de la CNAS a eu droit à une cérémonie grandiose. Au cours de laquelle, les représentants des 317 villages du cercle ont tenu à lui témoigner leur attachement et leur satisfaction de le voir en personne.

Après l’accueil chaleureux et le mot de bienvenue du chef de village, Mougnou Diassana, c’est le secrétaire général de la section CNAS, Caleb Thienou, qui a planté le décor. De ses propos, il ressort qu’aujourd’hui, que « tout le Bwatun profond vit au rythme de la CNAS, des milliers de militants et sympathisants se reconnaissant en ZOU et en son idéal ». Il a vivement remercié Soumana Sako d’avoir effectué ce déplacement, à leur invitation, et de bien vouloir écouter leurs doléances.

A ses dires, la candidature de Zou « ravive la flamme de l’espoir que nourrissent des millions de Maliens en la possibilité d’un autre Mali, un Mali où de braves populations pourront librement et dignement travailler et jouir du fruit de leur travail, où les femmes seront libérées des servitudes sociales, où les enfants retrouveront le chemin de l’école, où les paysans seront maîtres de leurs terres sans la menace d’être expropriés ou expulsés, et où ils vivront tranquillement avec les éleveurs »

Selon Caleb Thienou, la section CNAS de Tominian compte 12 sous-sections et 52 comités, un bureau des femmes, un bureau des jeunes. Il a également tenu à dresser le tableau peu reluisant du cercle. Lequel connait une sécheresse cyclique (tous les 4ans), cause d’une famine récurrente.

A sa suite, le président des jeunes, Massan Diassana, et la représentante des femmes, Adèle Dembélé, prendront la parole pour compléter le tableau socio-économique.

Le secrétaire général de la CNAS, Soumana Tangara, et le président d’honneur, le Dr Sako, interviendront en dernier lieu. La CNAS a déjà pris en compte la plupart des préoccupations des populations dont les solutions se trouvent déjà prêtes dans le projet de société du candidat Soumana Sako. Elles seront dévoilées à temps, au cours de prochaines rencontres avec la base. Mais déjà, les deux responsables affirment avoir les clés nécessaires pour faire face à l’insécurité alimentaire permanente, aux différends entre éleveurs et cultivateurs, à la cherté des intrants agricoles (engrais et matériels), au chômage des jeunes et à l’exode des bras valides, à la critique situation scolaire, aux problèmes de santé. Ils ont promis de faire du cercle une attraction touristique.

Conscients de « l’exclusion totale de Tominian de la zone des politiques gouvernementales de développement, avec, par exemple, un seul lycée public qui n’a ouvert ses portes que cette année», le projet de société de la CNAS prévoit de consolider le processus de décentralisation par le transfert effectif des moyens et des ressources, de construire des logements sociaux viabilisés, de booster l’agriculture.

Par ailleurs, le président Sako promet de rendre un hommage à la mémoire des héroïques combattants bwas qui sont tombés sur le champ de l’honneur face à l’invasion du colonisateur. Ainsi, un monument sera érigé en la mémoire des meneurs de la révolte bwa, dans les années 1930, Banzani Théra, Boua Dacko, Papa Dembélé, etc.
A noter que malgré leur deuil, suite au décès d’un ressortissant du cercle et malgré l’incendie qui a complètement ravagé le marché, dans la nuit du jeudi précédent, c’est toute la ville et ses environs qui sont sortis pour accueillir Zou.

Après une visite aux notabilités, chef de village, imam, curé de la paroisse, pasteur, et au siège de la section CNAS de Tominian, la délégation a repris le chemin de Bamako.

Cheick Tandina

Le Prétoire du 16 Février 2012


Cambriolage au siège de la CNAS-FH : Un ordinateur emporté et des dégâts sur les portes des bureaux

Vitres brisés, portes défoncées et un ordinateur portable enlevé (celui du secrétaire général du parti, Soumana Tangara). Voilà le bilan d’un cambriolage dont le siège de la CNAS-FH, a été victime en début de semaine.

Dans la nuit du 13 au 14 février 2012, le siège national du parti de l’ancien Premier ministre de la Transition, le Dr Soumana Sako, non moins candidat déclaré à la prochaine présidentielle d’avril 2012, a été victime d’un cambriolage. Même si le bilan n’est pas très important, selon le secrétaire administratif du parti, Bakary Sako, que nous avons rencontré sur place, des interrogations subsistent aujourd’hui dans les rangs des militants et responsables de la Convention Nationale pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè.

S’agit-il d’une tentative de sabotage ou d’un simple fait criminel s’interroge t- on désormais? En attendant, une déclaration de vol a été faite au niveau du commissariat de police du 2ème arrondissement afin de permettre l’ouverture d’une enquête. Dans cette affaire, ce qui va certainement retenir l’attention des enquêteurs, c’est la coïncidence du départ du gardien des lieux avec les faits.

En effet, les actes malheureux, dont le siège national de la CNAS-FH a été victime, interviennent juste la nuit même où le gardien en question avait arrêté de travailler.

Que s’est-il donc passé avec ce dernier ? Le secrétaire général du bureau national de la Convention Nationale pour une Afrique Solidaire Faso Hèrè affirme ne rien savoir. «Il nous a quitté sans nous informer presque» a t-il dit. Au-delà de cet acte, il faut rappeler que depuis quelques semaines, l’insécurité ne cesse de monter dans notre capitale avec son lot de braquage et de vol à mains armées.

Yaya Samaké

Le 22 Septembre du 16 Février 2012