Partager

La consultation publique du projet étant bouclée, la nouvelle tannerie qui verra bientôt le jour à la zone industrielle coûtera environ 210 millions de F CFA.

Lancée le 19 mai 2008, la consultation publique du projet d’implantation de la nouvelle tannerie dénommée « West Africa Tannerie » à la Zone industrielle est terminée. Elle visait à recueillir l’avis des populations concernées par le projet en termes d’impact environnemental.

Dans l’ensemble, la Zone industrielle est favorable à l’implantation de la nouvelle tannerie pourvue qu’elle respecte les normes environnementales et que la Commune II ait le plus grand quota pour les emplois directs et indirects que va générer le projet.

Le coût estimatif du projet est d’environ 210 millions de F CFA et la pose de sa première pierre est annoncée pour bientôt.

Selon Lamine Sangaré, chef de service assainissement de la Commune II, « West Africa Tannerie » obéit à tous les critères pour s’implanter dans la mesure où ses initiateurs ont élaboré les termes de référence y afférents au projet à travers un bureau d’études précisant le lieu d’implantation de l’unité, les activités qui seront entreprises, les mesures de compensation en cas d’atteinte à l’environnement et les mesures sociales et économiques.

Pour M. Sangaré, cette démarche du promoteur est à saluer et à encourager. « Dans la plupart des cas, les tanneries qui existent ne respectent pas les normes. Elles déversent directement leurs déchets dans le fleuve.

Mais West Africa Tannerie s’est bien comporté en suivant à la lettre la procédure d’élaboration des termes de référence qu’il a déposé au niveau de la direction nationale de l’assainissement, du contrôle des pollutions et des nuisances.

Après l’approbation par cette autorité compétente le bureau d’études et le promoteur du projet ont saisi, le service local de l’assainissement pour la consultation publique », a-t-il indiqué.

Lors de la consultation publique, le chef de service de l’assainissement de la Commune II a insisté auprès des responsables du projet sur le respect strict des textes normatifs et réglementaires régissant l’assainissement : en se conformant aux termes de référence. Il a demandé aux populations de les saisir en cas de non-conformité ou d’irrégularités constatées.

Mohamed Daou

26 Mai 2008