Partager

Le nouveau parti créé par le jeune Amadou Koïta, le Parti Socialiste (PS Yelen Kura) s’est engagé à soutenir le candidat de l’Union pour la République et la Démocratie (URD) Soumaïla Cissé, lors de la présidentielle du 28 juillet prochain.

Les deux partis ont signé une Plate-forme d’alliance, en fin d’après-midi du vendredi 14 juin dans la salle de conférence de DFA Communication. Par la signature de cette alliance, le PS yelen Kura s’engage à soutenir le candidat de l’URD dès le premier tour de la présidentielle de juillet prochain. La Plate-forme précise également que cette alliance peut, à tout moment, se transformer en une fusion entre les deux partis.

Au cours de cette cérémonie de signature, le Président de l’URD, Younoussi Touré, est largement revenu sur le parcours politique du Président du PS Yelen Kura, ancien leaders estudiantin et ancien Président des jeunes du défunt Mouvement citoyen. Il a présenté Amadou Koïta comme un leader de jeunes qui bénéficie d’une forte aura auprès de la jeunesse malienne. Ce qui lui a fait dire qu’avec la signature de cette Plate-forme d’alliance, «en réalité, c’es la jeunesse malienne qui nous a rejoint». C’est pourquoi, il s’est dit heureux pour son parti d’accueillir Koïta et ses compagnons. Car, a-t-il estimé, «c’est la relève qui est assurée». Pour Younoussi Touré, le PS est jeune par son âge, «mais assurément c’est une formation politique avec laquelle il faut compter dans les années à venir».

Dans son intervention, le Président du PS est revenu sur les raisons de son choix de soutenir le candidat de l’URD. Il a précisé que c’est une décision qui a été unanimement prise par son parti. Cette décision a été prise par 15 sections sur 19 de son parti, de préciser l’orateur. Les critères qui ont prévalu au choix de Soumaïla Cissé sont : « l’appartenance au F.D.R, avoir un sens élevé du patriotisme, incarner les vertus de probité et d’intégrité morale, disposer d’un projet de société à la hauteur des défis que doit relever le peuple malien, bonne gouvernance, sécurité, paix, éducation et réservant une place de choix aux jeunes et aux femmes pour leur insertion socioprofessionnelle, avoir de la rigueur, de la compétence, une expérience et une expertise avérées dans la gestion de l’Etat».

Concernant l’appartenance au FDR, Koïta a tenu à être on ne plus clair : «le P.S a répondu oui, car le parti a reconnu tout le travail de l’U.R.D au sein du F.D.R et M. Soumaïla Cissé a été l’un des rares candidats, pendant les moments les plus difficiles, a être présents à la Bourse de travail pour défendre la Constitution, la République et la démocratie».

Par conséquent, le Président du PS a déclaré que «les liens qui nous unissent ce soir sont d’abord ceux du cœur et des sentiments partagés, ce qui nous rassemble c’est la foi dans le Mali, un Mali de paix, un Mali réconcilié avec lui-même. Donc rien ne peut et ne doit ébranler cette alliance».

Youssouf Diallo


Mme Cissé Astan Traoré aux femmes de la FENACOF : «Vous avez votre candidat entre vos mains»

Au moment où son époux, Soumaïla Cissé, est en tournée dans la sous-région pour ratisser large auprès des électeurs de la diaspora, Mme Cissé Astan Traoré, de son côté, a décidé de rencontrer ses sœurs des organisations féminines. C’est dans ce cadre qu’elle a rencontré, le vendredi 14 juin dernier, les responsables de la Fédération nationale des organisations et ONG féminines du Mali (FENACOF-Mali), avec à sa tête sa Présidente, Dembélé Ouleymatou Sow.

L’épouse de Soumaïla Cissé était accompagnée par les membres du Bureau national du Mouvement national des femmes de l’URD, dirigée par Wadidjé Salimata Dagnoko. Elle était venue s’enquérir des conditions de vie et de travail des femmes de la FENACOF-Mali. Au cours des échanges, la Présidente de la FENACOF a profité de cette occasion pour expliquer à l’hôte du jour les difficultés auxquelles son organisation est confrontée.

D’emblée, elle a reconnu que le candidat de l’URD est le premier homme à aider la FENACOF dans ses activités, en lui octroyant la somme d’un million de nos francs. C’est pourquoi, elle a réaffirmé toute l’estime que les femmes de son organisation porte en Soumaïla Cissé. La principale doléance qu’Ouleymatou Sow a adressée à l’épouse du candidat de l’URD, c’est l’augmentation du fonds revolving dont la FENACOF dispose aujourd’hui. Ce fonds s’élève à 10 millions de FCFA. Elle a souligné que son organisation souhaite transformer ce fonds en une caisse de micro crédit pour les femmes afin qu’elles puissent prendre en charge certains de leurs besoins. Elle a aussi évoqué les difficultés quotidiennes des femmes, liées à l’accès aux postes de responsabilité et à l’emploi. Elle est également revenue sur le débat de la parité entre homme et femme sur les listes électorales.

En retour, l’épouse de Soumaïla Cissé a assuré ses sœurs de la FENACOF d’avoir pris bonne note de leurs problèmes, tout en se refusant de faire des promesses. n’ai pas besoin de vous confier notre candidat. C’est votre candidat, il est entre vos mains», a-t-elle déclaré. Auparavant, la Présidente du Mouvement national des femmes de l’URD, Wadidjé Salimata Dagnoko, avait présenté Soumaïla Cissé comme quelqu’un qui est «très engagé pour la cause des femmes». C’est pour cette raison que l’épouse du candidat a entrepris de rencontrer les organisations féminines pour recenser leurs préoccupations afin de les insérer dans le projet de société de son mari.

Youssouf Diallo

Le 22 Septembre du 17 Juin 2013