Partager


Cette initiative est en gestation depuis un certain temps entre les responsables de l’Association a but non lucratif “Giving Back”. Lancer le projet, tel était l’objet de la rencontre qui a regroupé plusieurs personnalités de l’Association : la Directrice de Marketing de Adidas, les joueurs professionnels initiateurs du projet et des hommes de médias.

Tout est venu d’un jeune sénégalais, Babacar Sy qui était parmi ces centaines de joueurs que l’amour de la balle au pied réunissait chaque jour sur le terrain de basket <<Charles Noureu>> dans le XIIIème arrondissement de Paris. Ces jeunes avaient en commun l’amour pour le basketball, la volonté de réussir et viennent d’horizons aussi riches que divers.

Du constat au déclic

Malgré leur talent sportif, la majorité de ces jeunes luttent pour s’en sortir tant leur environnement social s’avère fragile. C’est de ce constat que naît <<Giving Back >> par l’un de ces jeunes, Babacar Sy qui n’a dès lors plus qu’une obsession en tête : ne pas laisser les jeunes générations sans repères dans la fragilité. Ainsi, voit le jour un projet, autour d’un concept : <<Ne pas oublier d’où l’on vient>>.

Alors, se créa une chaîne de solidarité entre eux pour préparer l’avenir des jeunes. Cela s’est réalisé en 1992. Yohann Sangaré et Karim Ouattara, des Français d’origine maliennes ont été soutenus dans leurs années de galère par l’Association et son promoteur personnellement en France et grâce à leur assiduité et leur courage, ils ont su relever les défis et sont devenus des professionnels dans les grands championnats de basketball.

L’appui de l’association par les bourses d’études

A l’école aussi, ils ont eu à faire des études avancées grâce aux bourses de l’association. Aujourd’hui, devenus des stars internationales, ces deux messieurs ont voulu signer leur retour au pays en aidant les plus jeunes à réaliser leur rêve. C’est dans ce cadre que Yohann Sangaré, une star du basket français qui a honoré plusieurs sélections en équipe de France d’origine malienne.

Il a décidé de suivre l’exemple du parrain Babacar Sy du Sénégal en ouvrant une école de basketball au Mali pour permettre aux jeunes enfants de pratiquer le basketball et d’avoir le goût des études. <<La création d’école : sport-études>> est née d’un constat. Elles sont pratiquement inexistantes en Afrique.


Une école de basketball à Dakar

En décembre 2000, la BSBS (Babacar Sy Basketball School) devient la première école de haut niveau de basketball avec internet à Dakar. Son créateur, Babacar Sy, d’origine sénégalaise qui a grandi à Paris, signe alors son retour aux sources, l’esprit de donner en retour est déjà présent.

Les premières générations sont arrivées à maturité, elles sont actives dans l’association, elles ont même pour certains pris les camarades”, a dit Babacar Sy.


Une autre à Kabala

C’est le Centre de Kabala qui a été choisi pour abriter cette école qui accueillera une dizaine d’enfants âgés de 8 à 13 ans et une élite agée de 14 à 19 ans. La première condition d’accès à cette école de basketball réside dans l’assiduité à apprendre à l’école d’abord le matin et le soir au terrain de basketball.

En plus de cette école de Yohann Sangaré, un autre compatriote, Karim Ouattara, joueur professionnel de haut niveau et diplômé universitaire aux USA, organise aussi son camp de stage pour les jeunes de Faladié le week-end prochain.

Il est présidé par le président de la Fédération Malienne de Basketball, M. Abdallah Haïdara, qui n’a pas manqué de saluer l’initiative et d’encourager les jeunes dans leur projet.

Quant à Megan Compain, Directrice de campagne de Adidas qui organise aussi son stage international dans notre pays du 18 au 22 juin, elle remerciera les autorités maliennes pour leur hospitalité et leur collaboration.


Moussa KONDO (Stagiaire)

17 Juin 2008