Partager

Le mouvement Y’en a marre créé par des rappeurs pour exprimer « le ras-le-bol » au Sénégal, a bousculé partis et syndicats en devenant le fer de lance du combat pour pousser le président Abdoulaye Wade à renoncer à briguer un troisième mandat. Le mouvement qui possède une forte capacité de mobilisation a multiplié les initiatives contre la candidature de M. Wade, 85 ans, élu une première fois en 2000, réélu en 2007 et qui se représente pour un nouveau mandat. « Wade doit déclarer qu’il n’est pas candidat pour sortir par la grande porte. La Constitution et son âge ne lui permettent pas de se présenter », selon le rappeur Cyrill Touré dit « Thiat », un de ses dirigeants. La dernière chanson des rappeurs du mouvement est intitulée « Faux! Pas forcé », un jeu de mots pour appeler M. Wade à éviter de « forcer » pour être candidat. Les prises de position de Y’en a marre valent à ses responsables « harcèlement, intimidation, tentatives de corruption de l’autorité », note Fadel Barro. Sept de ses membres, dont les rappeurs Simon et Kilifeu, devaient ainsi être jugés mercredi pour « participation à une manifestation interdite ». AFP