Partager

Réalisation des forages et des puits à grand diamètre, bonne gestion des ordures ménagères. Telles sont, entre autres, les doléances que les populations des 17 villages composant la commune de Yélékébougou ont soumises à l’intention de Yacouba Coulibaly, maire de la commune et à ses conseillers, le lundi 10 décembre.

Hier lundi 10 décembre, le Mali, à l’instar de la communauté internationale a célébré la journée internationale, des droits de l’Homme. Cette date coïncide, chaque année au Mali, avec l’organisation de l’Espace d’interpellation démocratique (EID).

A la faveur de cette 12e édition de l’Espace d’interpellation démocratique, les populations des 17 villages qui composent la commune de Yélékébougou, ont interpellé le maire, Yacouba Coulibaly et ses conseillers, afin qu’ils se prononcent sur les questions d’approvisionnement des populations en eau potable et leur accès à un système d’assainissement adéquat.

Du village de Koulounikoro à Siramasso en passant par Niazana, Fansiracoro, Tenzeni, et Bambala, entre autres, les populations n’ont que deux préoccupations dans la bouche : l’accès à l’eau potable et à un système d’assainissement adéquat.

Pour réclamer ces deux éléments qui sont indissociables, les hommes, les femmes et les jeunes de la commune de Yélékébougou ne sont pas allés avec le dos de la cueillère. Ils ont interpellé la mairie haut et fort. C’est Sitan Diarra, ménagère, qui a donné le ton.
Ainsi, a-t-elle demandé: « Monsieur le maire, nous les habitants de la commune de Yélékébougou, avons droit à l’eau potable et à un système l’assainissement adéquat, oui ou non? »

Mme Diarra Assata Koné d’ajouter : « Monsieur le maire, aujourd’hui, s’il y a un problème qui se pose avec acuité dans notre centre de santé, c’est bien celui du manque d’eau potable. A ce propos, que comptez-vous faire pour trouver une solution à ce problème« ?

Le représentant des jeunes, Mamadou Diarra a, quant à lui, interpellé le maire sur la gestion des dépôts d’ordures qu’on rencontre à chaque bout de rue du village.

Comme réponse, Yacouba Coulibaly de déclarer : « Nous sommes conscients du manque d’eau potable qui sévit dans la commune. Ce problème est comme une épine dans les pieds de la maire. Nous savons également que tout le monde a droit à l’eau potable et à un cadre de vie assaini. Le problème qui se pose à nous est le manque de financement. Nous sommes à pied d’œuvre pour chercher le financement. S’il plaît à Dieu, nous aurons des partenaires qui vont nous épauler« .

S’agissant des mesures que la maire entend mettre en place pour empêcher les femmes de s’adonner à la coupure abusive du bois, il a énuméré la promotion du micro-crédit, le maraîchage et l’utilisation des foyers améliorés.

A rappeler que l’ouverture de cette cérémonie d’interpellation a été marquée par les discours de Fatoumata Haïdara, directrice de Wateraid-Mali et Lamine Berthé, représentant du sous-préfet. Les deux orateurs ont encouragé l’organisation de pareil échange entre les autorités communales et les populations dans toutes les communes du Mali.

Somme toute, il convient de souligner que la mairie a organisé cette rencontre avec l’appui financier de l’ONG Wateraid-Mali.

Abdoul Karim KONE

11 Décembre 2007.