Partager

Le Parti pour l’Action Civique et Patriotique (PACP) demande solennellement que toutes les sanctions contre notre pays, notamment celles sur nos armes dans les ports de certains pays de la CEDEAO, soient complètement levées, afin de permettre à notre armée de faire face à son rôle régalien de défense de l’intégrité du territoire national.

C’est la position affirmée par les responsables de cette formation au cours d’une conférence tenue à son siège hier mercredi 12 septembre 2012. Animée par le Président du parti, Niankoro dit Yeah Samaké, la rencontre avait pour thème: «la contribution du PACP à la gestion de la crise que notre pays traverse». Yeah Samaké a expliqué à la presse les actions entreprises au PACP pour y ramener certains partenaires du pays, qui ont quitté le Mali après le coup d’Etat du 22 mars 2012.

Ainsi, il a qu’il avait plaidé la cause du Mali auprès de la sous-commission des affaires africaines du Sénat américain et auprès d’autres autorités de ce pays, au cours d’un récent voyage. Parlant des sanctions dont notre pays fait l’objet, Yeah Samaké se déclare favorable à la levée de toutes les sanctions prises contre notre pays. «Le Mali est dans une transition constitutionnelle, après le coup de force du 22 mars dernier. Cela est presque unique au monde. Les sanctions contre notre pays doivent être complètement levées, notamment celles sur nos armes dans certains ports de la sous-région » a martelé le président du PACP.

Concernant la prochaine rencontre de la secte Dawa à Bamako, Yeah Samaké a été est on ne peut plus clair : «on ne peut permettre l’accumulation de dangers potentiels. Il faut que les autorités contrôlent ce flux religieux. Ce n’est pas le moment. Surtout que le document fondamental de notre pays est contesté maintenant par certains, au nom de la Charia. Ces religieux doivent attendre» a précisé le Président du PACP, avant d’appeler les Maliens à l’unité et à la cohésion autour des autorités en place.

Il faut noter que la conférence a enregistré la présence de John Price, ancien ambassadeur américain aux Iles Comores. Devant la presse, l’ancien diplomate américain a fait part de son indignation face à la destruction des mausolées et du patrimoine culturel malien. Il a demandé que les Nations Unies agissent rapidement, en définissant des actions claires, afin que le Mali puisse sortir de cette situation.

Yaya Samaké

22 Septembre du 13 Septembre 2012


Crise sociopolitique du Mali : Le PACP rend-compte de ses actions

La direction du Parti pour l’action civique et patriotique (PACP) était face à la presse hier mercredi 12 septembre pour expliquer aux médias les contributions que cette formation politique a apportées dans la crise que connaît notre pays. C’était sous la présidence de Niankoro Yeah Samaké, en présence d’un ancien ambassadeur des USA, John Price, etc.

L’objet de cette conférence de presse organisée par la direction du PACP était d’informer les hommes de média des actions menées par le PACP dans le cadre de la résolution de la crise politico-sécuritaire qui secoue le pays. Le président du parti, Niankoro Yeah Samaké, fera savoir qu’il vient de parcourir le monde rien que pour soutenir les efforts inlassables du gouvernement d’union nationale.

Un parcours qui a permis à M. Samaké de rencontrer le président du Sénat américain, l’ambassadeur de la Russie à l’ONU, devant lesquels il a expliqué la crise actuelle que traverse le Mali avant de les inviter à aider notre pays pour une sortie de crise. Selon M. Samaké, ce voyage lui a permis de combler un vide diplomatique, car le Mali n’avait pas de porte voix dans ces pays pour expliquer la perspective malienne sur la crise. Aussi, le conférencier a indiqué que le PACP s’est engagé à appuyer le gouvernement et ne ménagera aucun effort pour atteindre cet objectif.

Le président du PACP a indiqué qu’une délégation du parti s’est rendue dans les camps de refugiés maliens au Burkina pour apporter leur assistance. Une visite qui a permis à la délégation de faire un geste symbolique de 500 000 F CFA avec la promesse de les offrir 180.000 repas dont le centenaire est déjà arrivé au port de Dakar.
A en croire M. Samaké, une fois à Bamako, la direction du parti a rencontré plusieurs acteurs politiques et des ministres avec lesquels ils ont longuement échangé avant de leur faire part de leur proposition. Comme pour dire que le PACP travaille d’arrache-pied pour apporter sa modeste contribution dans la résolution de la crise malienne.

Abordant l’actualité, le conférencier a apprécié les actes récemment posés par le président de la République par intérim, Pr. Dioncounda Traoré, à savoir l’appui sollicité auprès de l’ONU et de la Cédéao pour permettre à nos militaires d’accomplir leur mission régalienne. Cependant, le président s’est dit opposé à tout envoi de militaires au Mali. Quant à l’incident survenu dans le poste de sécurité de Diabali où 16 personnes de la secte Dawa ont trouvé la mort, M. Samaké s’est dit frustrer et invite les Maliens à pardonner notre armée pour ces erreurs commises.

Il a invité les Maliens à s’unir autour de l’objectif commun afin de sortir le Mali de l’ornière. Quant à l’ancien ambassadeur des USA, John Price, il a promis de s’engager auprès des autorités américaines afin de lever l’embargo du Mali et l’aider dans le domaine militaire et économique. Il a précisé que son voyage se situe dans un cadre non formel.

Ben Dao

L’Indicateur du Renouveau du 13 Septembre 2012