Partager

Le syndicaliste manque de courage pour dire non comme tous ceux qui l’ont fait savoir. « C’est totalement aberrant aujourd’hui que 28 ans après cette lutte de Bakary Karambé, ce symbole du pays soit hors du jeu démocratique alors que le pays est aux mains de certains de ceux qui ont combattu Moussa Traoré soi-disant pour la démocratie et la liberté d’expression. Yacouba Katilé manque l’occasion de rappeler qu’il est le fruit d’une lutte syndicale et démocratique. Son silence est complice et il perdra sa vocation », s’insurge Chaka Doumbia, journaliste.

En tout cas, la CNDH et l’AMDH se sont déjà démarquées fustigeant l’arrêté du gouverneur. Dans un communiqué signé par son président, Malick Coulibaly, la Commission nationale des droits (CNDH) rappelle que la liberté de manifester pacifiquement sans troubler l’ordre public participe de l’exercice démocratique et constitue un droit fondamental des droits de l’Homme.

« La CNDH condamne toute violation du droit à la liberté de manifester et appelle le gouvernement à l’observance de ce droit constitutionnel ».

Bréhima Sogoba
L’Indicateur du Renouveau du 10 Decembre 2018