Partager

Abdoulaye Wade pense qu’il faut penser aux générations futures au lieu de dépenser les richesses actuelles de manière irresponsable.

Il a cité le cas du Delta du Niger au Nigeria.

Selon lui, les populations y sont plus pauvres qu’au 19ième siècle.

Elles cohabitent pourtant avec des oléoducs transportant le pétrole.

jpg_wade-4.jpgLa solution, selon Abdoulaye Wade, consiste à privilégier l’intégration africaine dans les stratégies d’exploitation des mines à commencer par l’espace de la Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) qui devrait adopter un code minier commun.

Le Sénégal et le Mali sont allés plus loin poursuit Abdoulaye Wade.

Les deux pays ont engagé des discussions pour exploiter en commun leurs richesses pétrolières transfrontalières.

De cette manière, les coûts des infrastructures seraient supportés en commun par le Mali et le Sénégal.

A propos d’un code minier commun aux pays membres de la CEDEAO, il faut rappeler qu’un projet existe déjà depuis plusieurs années.

Il devrait intégrer, outre les Etats, des organisations de la société civile.

Le salon international des mines qui s’est ouvert lundi dans la capitale sénégalaise a enregistré la participation d’une cinquantaine de firmes nationales et internationales.

13 Avril, 2010 -BBCAfrique.com