Partager

jpg_2191-4.jpg
Les présentations de vœux dont le coup d’envoi a été donné vendredi à la présidence de la République, se poursuivent. Hier, les membres du cabinet de la Primature, les membres du gouvernement et les cadres de l’Administration ont présenté leurs vœux au Premier ministre, Modibo Sidibé. C’est le ministre de l’Emploi et de la Formation Professionnelle, Ibrahima N’Diaye, qui a présenté au nom de ses collègues, les vœux du gouvernement à Modibo Sidibé.

Ibrahima N’Diaye a saisi l’opportunité pour jeter un regard rétrospectif sur les acquis de l’année écoulée, les difficultés rencontrées avant de parler des perspectives de l’année qui commence. Celle qui s’achève a été riche en événements. En bien comme en mal. « Rarement une année aura été aussi pleine et riche d’événements importants dont certains sont à la fois rudes et inattendus », a commenté Ibrahima N’Diaye.

Chez nous, elle était située au carrefour de plusieurs événements majeurs : les consultations électorales de 2007 qui ont permis à nos compatriotes de renouveler leur confiance au président Amadou Toumani Touré, et d’élire leurs représentants à l’Assemblée nationale. Elle a consacré le début du second quinquennat du chef de l’État et constitué l’an I de l’actuelle équipe gouvernementale.

Celle-ci a la mission historique de traduire en actes concrets, les promesses faites par le candidat Amadou Toumani Touré dans le Projet pour le développement économique et social (PDES) sur la base duquel 71% des électeurs lui ont renouvelé leur confiance.

Au rang des événements négatifs de 2008, le ministre de l’Emploi et de la Formation professionnelle a cité la crise alimentaire mondiale qui a provoqué un renchérissement du coût de la vie, conséquence d’une flambée généralisée des prix des produits de base (les céréales) et des carburants. L’année a ensuite été marquée par la crise financière internationale, un véritable séisme, qui n’a pas encore fini de secouer le monde de la finance et partant toute l’économie mondiale.

Notre pays s’est efforcé de trouver une juste réponse à cette série de crises et nos compatriotes ont pris la mesure des défis. Ils ont apporté leur soutien aux mesures prises par le gouvernement. Pour le ministre, le secret de cette réussite réside dans la capacité de notre peuple à faire face aux chocs, quelles que soient leur origine et leur forme.


« Des initiatives aussi importantes telles que le forum national sur l’éducation, les états généraux sur la corruption et la délinquance financière, l’étude sur l’état de la démocratie au Mali, procèdent de la volonté de notre pays de ne pas reculer devant les difficultés, de ne pas céder devant la fatalité »
, a indiqué Ibrahima N’Diaye.

Il a ensuite évoqué l’Initiative riz prise par le Premier ministre, qui a prouvé que le gouvernement est déterminé à s’attaquer aux défis majeurs auxquels le pays fait face, et à réussir la mise en œuvre du PDES.

2008 a également vu propulser un fils du continent à la tête de la première puissance économique et militaire du monde. Au delà de son caractère strictement politique, a estimé le ministre, l’arrivée de Barack Obama à la Maison blanche constitue un message fort envoyé au reste du monde.

Elle marque un nouveau tournant dans les relations internationales et suscitera un changement profond dans les rapports de l’homme Noir avec les autres races du monde et sèmera une graine d’espoir chez les jeunes Africains, a jugé Ibrahima N’Diaye.
Dans sa réponse, le chef du gouvernement a demandé aux ministres d’être toujours à l’écoute des Maliennes et des Maliens, dont les attentes sont grandes.

« L’exigence de la sécurité alimentaire pour tous, l’accès à l’eau potable, à la santé et à l’éducation, l’inquiétude face à la situation de l’emploi ainsi que les effets de la crise financière internationale, imposent au gouvernement d’être plus engagé, plus présent aux côtés des populations, à l’écoute de leurs besoins afin d’y trouver des réponses», a indiqué Modibo Sidibé en guise de directive.
Celle-ci découle des instructions données par le chef de l’État qui a invité le gouvernement à faire preuve d’initiative et d’anticipation.

Toujours en référence aux instructions du président de la République, Modibo Sidibé a précisé que l’action publique devait avoir pour seul critère l’intérêt général. Celui-ci est en définitive la seule référence qui permet d’avancer, la seule référence qui permet de faire converger et de réunir les énergies et les volontés.

« Il est également la meilleure garantie de pouvoir optimiser nos atouts et convertir les contraintes en avantages. La quête de l’intérêt général nécessite une unité d’action, une solidarité accrue et la ferme détermination de l’équipe gouvernementale pour conduire les réformes importantes qui restent à opérer », a indiqué le Premier ministre.

Il a ensuite félicité les ministres pour les résultats acquis durant cette première année de l’équipe gouvernementale, marquée par de dures épreuves.

A. O. DIALLO

Essor du 30 Décembre 2008