Partager

Le pays a célébré mardi la fête de l’Aïd El Kébir ou fête de Tabaski. Cette fête, la plus grande du calendrier musulman, est l’occasion de faire des prières, des vœux et de se pardonner.

Chaque année, à l’occasion de l’Aïd El Kébir, les ambassadeurs des pays musulmans accrédités dans notre pays, présentent leurs vœux au président de la République. Cette tradition bien établie a été respectée mardi. Le président Ibrahim Boubacar Kéïta a ainsi reçu en fin de matinée, juste après la Grande prière, les vœux du corps diplomatique musulman dans contexte particulier souligné par tous. Le pays sort en effet d’une crise d’une ampleur sans précédent et envisage l’avenir avec optimisme et confiance.

Avant les diplomates, le chef de l’Etat avait reçu les vœux du Premier ministre Oumar Tatam Ly, et du président de l’Assemblée nationale par intérim, Younoussi Touré.

Lors de la présentation des vœux des ambassadeurs, l’ambassadeur de Palestine, doyen du corps diplomatique, Abderrahim Abou Rabat, a félicité le président de la République pour sa brillante élection à la magistrature suprême. Il a émis des vœux de bonheur, de santé et de prospérité, au président Keïta, à sa famille, aux membres du gouvernement et à tout le peuple malien.

Notre pays vient de sortir d’une crise politique et sécuritaire sans précédent qui a exacerbé les besoins et les attentes des populations dans tous les secteurs, plus particulièrement en termes de paix, de sécurité et de stabilité, a observé le doyen des ambassadeurs, réaffirmant la volonté des pays musulmans à soutenir le Mali dans ses nouvelles perspectives.

Dans sa réponse, Ibrahim Boubacar Kéïta a présenté ses vœux de bonheur, de santé et de prospérité à ses hôtes. Il les a également remerciés de l’accompagnement fourni à notre pays dans la sortie de crise.

Le président de la République a souligné le rôle important que la Ummah islamique joue dans la recherche de la paix et de la stabilité dans les Etats membres. « La Ummah islamique est un force réelle qui, lorsqu’elle s’implique véritablement dans un problème, a de fortes chances de trouver la solution », a souligné le chef de l’Etat avant de réitérer sa volonté de faire du Mali un pays stable et prospère.

Entre autres grands chantiers du gouvernement, il a cité la lutte contre la corruption, la mise en œuvre de la décentralisation, et la réconciliation nationale.

Ibrahim Boubacar Keïta a réaffirmé la solidarité et le soutien sans faille et constant du peuple malien au peuple de Palestine soumis à l’occupation et aux brimades.

Be COULIBALY

L’Essor du 17 Octobre 2013