Partager

Soupçonné d’être l’auteur de la disparition de cartes d’électeurs en Commune II, le chef service matériel de la mairie de ladite Commune a porté plainte pour diffamation contre des candidats aux municipales le 30 mars 2009.

Nous annoncions dans nos colonnes le 31 mars 2009 que des cartes d’électeurs se sont volatilisées en Commune II. Et c’est la mallette contenant des cartes électorales pour Niaréla qui aurait été défoncée. Par qui ?

Toujours est-il que l’affaire a donné lieu toute la semaine durant à une vive polémique. Les uns et les autres se rejetant la responsabilité.

Au départ, c’est la Commission de distribution qui avait été incriminée. Mais à l’arrivée, le chef service matériel de la Commune II, Cheick Traoré, a été tenu pour responsable du vol de cartes d’électeurs. Furieuses, les populations ont voulu le lyncher le dimanche 30 mars 2009. N’eût été la promptitude d’un chauffeur de la mairie qui a alerté des éléments du 3e arrondissement, il allait faire les frais d’une situation dans laquelle il estime être « victime ».

Face à la gravité de l’accusation, Cheick Traoré a porté plainte le 30 mars dernier devant le procureur du tribunal de la Commune II contre trois candidats aux élections communales pour diffamation. Il s’agit de Drissa Sangaré (UDD) présentement conseiller à la mairie de la Commune II et candidat aux élections, Mme Camara Fatoumata Traoré, candidate de l’Adéma et Yacouba Chérif Haïdara du PCR.

Selon nos sources, des éléments de la Brigade de recherches étaient aux trousses de Drissa Sangaré mardi dernier. Le maire de la Commune II, Gaoussou Ly, leur aurait demandé d’arrêter la poursuite et qu’il accompagnerait lui-même le conseiller incriminé.

Les mêmes sources indiquent que l’édile aurait entrepris le plaignant pour qu’il retire sa plainte. Mais Cheick Traoré n’entend pas les choses de cette oreille. Il est déterminé à conduire la procédure judiciaire jusqu’au bout afin que la vérité éclate.


Une Commune à problèmes

Le maire aura tout le mal du monde pour le faire fléchir surtout que les connaissances de l’intéressé sont d’avis avec lui « qu’il n’est pas question de retirer la plainte ». Après enquêtes, apprend-on, l’information selon laquelle 1000 cartes ont été volées avec la complicité du chef matériel s’est révélée fausse.

Quoi qu’il en soit, en Commune II, des candidats Adéma, UDD et PCR ont maille à partir avec la justice. Vont-ils pouvoir sauver leur tête ? Parviendront-ils à un compromis avec le plaignant ? En attendant l’épilogue judiciaire, la distribution des cartes d’électeurs se déroule timidement. Lundi, il n’y a pas eu de distribution suite au refus des agents. L’opération n’a repris que partiellement mercredi et s’est poursuivie au même rythme jusqu’au vendredi.

La Commune II doit être une Commune à problème. Sur les 12 centres de distribution de cartes d’électeurs, l’on note l’absence des forces de sécurité partout sauf à Niaréla. Ainsi, il est clair que les cartes ne sont pas sécurisées. Elles sont à la disposition de la Commission de distribution, dirigée par Mme Diawara Salimata Kéita (candidate URD).

Depuis le début de l’opération de distribution, c’est la Sotrama qui fait la navette entre les centres et le commissariat du 3e arrondissement où les mallettes sont gardées la nuit.

L’absence des forces de sécurité dans les centres pour veiller sur les mallettes et les raccompagner au commissariat serait liée au fait qu’elles ont des impayés au niveau de la Commune pour le compte des opérations précédentes…

Si cette situation n’est pas corrigée, l’on peut dire qu’en Commune II, la voie est ouverte à la fraude lors du scrutin du 26 avril 2009.

Mohamed Daou

06 Avril 2009