Partager


Le célèbre Parc zoologique de Bamako aujourd’hui suscite chez de nombreux Maliens déception et mécontentement en raison de son appauvrissement et de sa dégradation continuelle.

Ceux qui pensent qu’il y a un renouveau du Parc zoologique de Bamako se trompent. Qu’ils se détrompent alors, car le fameux Parc est dans un état de délabrement total. Il n’est que l’image de lui-même et de nombreux animaux qui y étaient sont morts, faute d’entretien. Pis, ces bêtes n’ont pas été remplacées. La conséquence directe est que beaucoup d’enclos au sein du Parc sont vides, désespérément vides.

A l’image de ce jeune étudiant, les visiteurs, qui se contentent de visiter seulement les quelques animaux survivants (crocodiles, chimpanzés, singes, lions…), ne cachent pas leur mécontentement face à cette situation. « Où sont partis des animaux comme l’éléphant ? Je ne suis pas du tout satisfait car j’avais déjà vu tous ces animaux. Donc, ma visite n’a servi à rien ». Paradoxalement, les autorités sont en train de construire de nouveaux bâtiments, qui, semble-t-il, accueilliront de nouveaux animaux.

Que deviendront ces nombreux enclos vides ? L’argent investi dans la construction de ces nouveaux bâtiments aurait pu servir à acquérir d’autres animaux ou du moins servir à l’entretien des animaux restants, qui vivent dans des conditions lamentables. Non seulement leurs enclos ne sont pas assez propres, mais on ne leur donne pas aussi de la nourriture saine. Les visiteurs peuvent facilement sentir l’odeur nauséabonde des aliments pourris.

Le Parc zoologique de Bamako est très peu fréquenté. Sachant que les conditions du zoo se détériorent jour après jour, les Bamakois ne se fatiguent plus pour le visiter comme ils en avaient l’habitude. C’est pourquoi, nous n’avons pas été surpris, à notre arrivée, de voir le gardien du Parc à moitié endormi parce que « les gens ne viennent pas aussi nombreux qu’avant. Seulement quelques personnes viennent par jour. Le taux de fréquentation est vraiment bas », nous a-t-il confié.

Déception et insouciance

Il est tout aussi déplorable de constater que certaines personnes profitent de la cour du jardin botanique pour entrer gratuitement dans le zoo. En effet, il existe une petite porte non contrôlée à partir de laquelle ils peuvent librement avoir accès au zoo. Rien n’est fait pour freiner cette entrée illicite. Cela prouve le manque d’initiative des responsables du Parc, qui ne font rien pour améliorer les revenus dégagés grâce aux maigres 50 F CFA payés par visiteur.

La déception était lisible sur le visage des visiteurs du Jardin zoologique lors de notre passage. Ainsi, ils n’ont pas mâché leurs mots et ont de la peine à « comprendre qu’il n’y a absolument rien ici alors que des millions de nos francs sont débloqués pour le Parc. Nous sommes vraiment déçus d’être venus, car nos attentes n’ont pas du tout été comblées ».

Pour M. G., ingénieur des travaux d’élevage de la place, la dégradation continuelle du Parc interpelle tous les Maliens. Vu que les animaux meurent, en général, par manque de soins sanitaires, d’hygiène et surtout de nourriture, M. G. appelle à leur entretien obligatoire « au risque de voir le Parc disparaître ».

Gardant un bon souvenir du site, qui, selon lui, a accueilli autrefois des centaines, voire des milliers de visiteurs les week-ends, l’ingénieur met en garde les autorités compétentes. « Si elles ne portent pas un œil attentif sur ce Parc, il sombrera à jamais ».

Ogopémo Ouologuem
(stagiaire)

06 juin 2007.