Partager

Le chef de l’État a rencontré notamment le président du parlement fédéral allemand Norbert Lammert (notre photo) ainsi que la chancelière Angela Merkel

« Les Allemands ont une très grande affection pour le Mali ! ». En faisant cette affirmation jeudi dernier à Berlin, l’ambassadeur du Mali en Allemagne savait qu’elle ne faisait pas de révélation par rapport aux relations germano-maliennes.

Mais elle entendait attirer l’attention des Maliens installés en Allemagne que le président de la République, Amadou Toumani Touré rencontrait, sur fait que c’est la deuxième fois en cinq ans que celui-ci est invité à effectuer une visite officielle en Allemagne. Une chance qui n’est pas donnée à tout le monde, surtout en Afrique.

Le chef de l’État est donc arrivé mercredi à Berlin en fin d’après-midi pour une visite officielle de trois jours qui prend fin aujourd’hui. Amadou Toumani Touré est notamment accompagné de son épouse, Mme Touré Lobbo Traoré et du ministre de l’Environnement et de l’Assainissement, Agatham Ag Alassane.

Après la rencontre mercredi avec nos compatriotes résidant en Allemagne, la visite proprement dite a commencé hier par une rencontre de la délégation malienne avec des opérateurs économiques allemands à la Maison de l’Économie allemande (DIHK, l’équivalent de la Chambre de commerce et d’industrie).

Ici, le président de la République a été accueilli par le chef du département Afrique du DIHK, Heiko Schiwederowski et le représentant de « Afrika Verin« , de l’économie allemande, Christian Nakonz.

Un déjeuner de travail a ensuite réuni les membres de la délégation malienne et les hommes d’affaires allemands. Au cours de cette rencontre, les opérateurs économiques allemands ont eu droit à une présentation vidéo sur les opportunités et les secteurs d’investissement dans notre pays, suivie de discussions.

Au cours de cette séance, le directeur de la Coopération internationale Boubacar Sidiki Touré a exposé aux interlocuteurs allemands, les atouts et potentialités dont dispose le Mali en matière d’agriculture (la terre et l’eau en abondance), de mines, de tourisme et d’artisanat. Les opérateurs allemands se sont montrés très intéressés par notre pays comme en témoignent les nombreuses adresses qui ont été échangées.


Estime pour le Mali

Après la Maison de l’économie allemande, le chef de l’État s’est tendu au Parlement fédéral allemand où il était attendu par le président de cette institution, Norbert Lammert.

Le président du Bundestag allemand, en est également le plus haut représentant. Avec ses suppléants, il constitue le bureau c’est-à-dire l’organe parlementaire suprême.

Après le chef de l’État qui est le président de la République fédérale d’Allemagne, le président du Bundestag occupe le deuxième rang protocolaire avant même le chancelier fédéral. Cela signifie la priorité du pouvoir législatif sur l’exécutif.

Le Bundestag compte 614 membres. Il est dominé par le CDU/CSU (226 élus) et le SPD (222 parlementaires). Ensuite viennent le FDP (61), la Gauche (53), l’Alliance 90 et les Verts (51 sièges). Un député est non inscrit.

Du parlement allemand, Amadou Toumani Touré s’est rendu à la Chancellerie où il a été longuement reçu par la chancelière Angela Merkel. Au terme de cette audience, les deux personnalités ont eu une rencontre commune avec la presse.

Mme Angela Merkel est revenue sur l’estime que l’Allemagne a pour le Mali, un pays qui est facteur de stabilité dans une sous-région ouest-africaine trouble avec la situation en Côte d’Ivoire, en Guinée, en Mauritanie etc…


« Nous avons aussi parlé des questions de développement et l’Allemagne va aider le Mali à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement notamment en matière de santé, d’éducation, d’accès à l’eau potable »
, a expliqué la chancelière, en précisant qu’il a aussi été question de la situation dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Les deux personnalités ne pouvaient pas occulter la situation dans la bande sahélo-saharienne qui est aujourd’hui le théâtre de toutes sortes de trafic. Le président Touré et la chancelière sont du même avis que ces groupes armés doivent être vigoureusement combattus.

Interrogée sur la situation spécifique dans le nord de notre pays, Mme Angela Merkel a répondu qu’il va de soi que l’Allemagne est contre les agissements des groupes armés. Mais la méthode à utiliser pour mettre fin à la crise se décide au niveau national. « Et comme d’habitude, je m’en remets à la sagesse du président Touré« , a conclu la chancelière allemande.

Intervenant sur le même sujet, Amadou Toumani Touré a réaffirmé la disponibilité de notre pays au dialogue et à la négociation. Il a en même temps dénoncé les réseaux de trafic de drogue qui sévissent dans la zone et qui seront combattus avec fermeté.

Auparavant, le chef de l’État avait vivement remercié l’Allemagne pour son appui multiforme à notre pays depuis les premières heures de l’indépendance. « Assurément, la coopération germano-malienne est un mariage de passion et non de raison », a-t-il commenté.
Nous reviendrons sur les autres étapes de la visite du président Touré dans nos prochaines éditions.

S. TOGOLA

Envoyé spécial

16 Janvier 2009