Partager

1-3.jpgC’est vendredi en début d’après-midi que l’avion présidentiel autrichien avait atterri à l’aéroport de Bamako-Sénou. A sa descente d’avion, Heinz Fischer sera accueilli par le président de la République, Amadou Toumani Touré. Après le cérémonial d’accueil, (exécution des hymnes nationaux, revue des troupes, corps constitués, animation folklorique), les deux chefs d’État se retrouvèrent dans le salon d’honneur pour un bref tête-à-tête.

A leur sortie, le président Touré avait souhaité que cette visite du chef de l’État autrichien soit le prélude au renforcement de la coopération bilatérale et multilatérale à travers l’Union européenne. Amadou Toumani Touré notera que le Mali est le plus grand bénéficiaire de l’aide publique au développement que la République fédérale d’Autriche accorde en Afrique au sud du Sahara.
Le président autrichien de son côté, avait insisté sur la qualité des membres sa délégation : ministres, parlementaires, économistes, spécialistes de la culture, universitaires. Il relèvera ensuite que c’est la première visite officielle d’un chef d’État autrichien dans notre pays. Un pays pour lequel il a beaucoup de sympathie en raison de son expérience démocratique. L’espoir du président autrichien est d’établir à l’issue de cette visite une coopération bilatérale plus poussée entre les deux pays.

APPUI AUX COLLECTIVITÉS LOCALES

Le séjour du couple présidentiel autrichien s’est fait au pas de charge. De l’aéroport, le cortège présidentiel s’ébranla pour l’hôtel de l’Amitié où Fischer avait pris ses quartiers. Un peu plus tard, il était au palais de Koulouba pour un entretien avec Amadou Toumani Touré, qui a duré plus de trois heures. De leur côté, les deux Premières dames, Mme Touré Lobbo Traoré et Mme Margit Fischer s’entretenaient également.

Après ces rencontres, le couple présidentiel autrichien était de nouveau à Koulouba pour un dîner officiel qui s’est déroulé dans une très grande convivialité.
Le lendemain, samedi, c’est accompagnés du ministre de l’Administration territoriale et des Collectivités locales, le général Kafougouna Koné, que les hôtes autrichiens se rendirent à Kati. Là, ils auront droit à un accueil très chaleureux de la part de la population sortie très nombreuse. La place publique du cercle de Kati où s’est déroulée la cérémonie était noire de monde.

Dans son discours de bienvenue, le maire de la ville de Kati, El Hadj Yoro Ouologuem a remercié l’Autriche pour l’appui précieux qu’elle apporte au conseil communal et aux populations via l’Union européenne. Notre pays, a rappelé l’élu est engagé dans un vaste chantier de réforme administrative qu’est la décentralisation par laquelle passe nécessairement le développement du pays. L’Autriche, à travers l’Union européenne, participe de manière significative à la réalisation de projets de développement dans les communes. Le maire a expliqué que cette contribution de qualité qui se fait à travers le Fonds d’investissement des collectivités territoriales de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (ANICT), a permis à la circonscription qu’il dirige d’améliorer sensiblement l’accès de la population aux services sociaux de base (santé, éducation et eau potable).

Ainsi avec l’appui de l’Autriche, l’ANICT a bénéficié de financements qui ont permis de construire trois salles de classe à l’école de Noumorila, de réaliser des bâtiments annexes pour le cercle et la mairie de Kati. D’autres actions ont été menées comme la construction de centres de santé communautaires et de points d’eau potable.

DES CHOIX PERTINENTS

Le président autrichien et sa délégation ont visité quelques réalisations (les annexes du cercle et de la mairie et l’école de Noumorila) avant de mettre le cap sur le Musée national. Ici, une petite surprise attendait Heinz Fischer : le chef de l’État Amadou Toumani Touré s’était rendu au Musée pour l’accueillir alors que cela n’était pas prévu dans le programme. Les hôtes autrichiens ont eu droit à une visite guidée de l’établissement culturel qui abrite une bonne partie de notre riche patrimoine culturel. Le président autrichien a reçu en cadeau un boubou en bazin.

Du Musée national, la délégation autrichienne s’est rendue à Quinzambougou pour visiter le foyer pour enfants auquel, Caritas-Autriche apporte un appui conséquent. Construit par Caritas-Mali, l’établissement est un foyer d’hébergement temporaire des enfants de la rue (filles et garçons). Grâce à Caritas-Mali, les mômes sont arrachés aux dures réalités de la vie dans la rue, dont les mauvais traitement, la délinquance, la drogue, la mendicité etc… Une fois au foyer, les enfants sont initiés à des métiers comme la teinture, la couture et les activités agro-pastorales.
Pour ajouter à la joie des enfants, le président autrichien leur a offert des ballons similaires à ceux conçus pour la coupe d’Europe de football 2008 qui se jouera en Autriche et en Suisse.

Un autre temps fort du séjour du président autrichien a été sa visite à la Primature où il a été reçu par le Premier ministre, Modibo Sidibé. Les entretiens entre les deux personnalités ont porté sur le renforcement de la coopération entre les deux pays. Le président autrichien a jugé pertinents les domaines suggérés par les autorités maliennes pour la coopération : l’amélioration du taux de scolarisation, la santé maternelle et infanto-juvénile, la coopération universitaire, le tourisme, la réalisation de routes, le développement agricole, l’élevage et la pêche. Le président autrichien a promis que Vienne sera attentive aux préoccupations évoquées avec le Premier ministre et ses autres interlocuteurs.

En l’absence du président de l’Assemblée nationale Dioncounda Traoré, le chef de l’État autrichien ne s’est pas rendu à l’Hémicycle comme cela était prévu. Il a quand même reçu une délégation de parlementaires à son hôtel, ainsi que le président de l’Académie des langues africaines, Adama Samassékou.

Heinz Fischer a invité le président Amadou Toumani Touré à effectuer une visite officielle en Autriche.M. COULIBALY


LA REPUBLIQUE FEDERALE D’AUTRICHE EN BREF

L’Autriche dont le président vient d’effectuer une visite officielle dans notre pays est une République fédérale de 9 États située en Europe centrale. Le pays est membre de l’Union européenne et de la zone euro. Sans accès à la mer, l’Autriche qui s’étend sur une superficie de 83 871 km2 est entouré par la Suisse et le Liechtenstein à l’ouest, l’Italie et la Slovénie au sud, la Hongrie et la Slovaquie à l’est, l’Allemagne et la République Tchèque au nord. Sa population était estimée à 8 316 487 habitants en 2007.
Malgré un relatif redressement du taux de croissance de cette population, à l’instar de tous ses voisins, le pays fait en réalité partie du groupe de pays d’Europe centrale et méridionale où le taux de fécondité est très bas : 1,41 en 2005. L’espérance de vie est estimé à 82,1 ans pour les femmes et à 76,4 ans pour les hommes.

Au plan politique, la démocratie a été imposée après les deux Guerres mondiales par des puissances étrangères à l’Autriche. Il n’y a donc pas de culture de protestation (manifestation, grèves…) ou de méfiance vis-à-vis de l’État, mais plutôt une tradition d’obéissance aux autorités (dialogue social).

Lors de la Révolution française, l’Autriche fut l’âme de la résistance face aux idées révolutionnaires. Les partis d’extrême droite sont puissants, en héritage sans doute du passé national-socialiste. Depuis la fin de la seconde Guerre mondiale, la gauche a néanmoins bâti un puissant état social, où les richesses sont assez bien réparties.
L’Autriche est un pays neutre qui ne fait pas par exemple partie de l’OTAN, à la différence de la plupart des pays européens. La neutralité autrichienne est une conséquence directe des négociations pour le Traité d’État autrichien (Staatsvertrag), signé le 15 mai 1955 à Vienne.

Le pays est membre de l’Union européenne depuis le 1er janvier 1995. Et si cette adhésion est bénéfique pour l’économie du pays, il n’y a cependant gagné que peu de pouvoir politique. Le Conseil national autrichien (Nationalrat, 183 sièges) est depuis le 1er octobre 2006 composé de 183 sièges dont 68 sièges au SPÖ (Parti social-démocrate autrichien) de l’actuel président fédéral, Heinz Fischer élu le 25 avril 2004 avec 52,41 % des voix contre 47,59 % des voix pour Benita Ferrero-Waldner. Il a été investi le 8 juillet 2004, soit deux jours après le décès de son prédécesseur Thomas Klestil. aur le plan économique, l’Autriche est essentiellement un pays de petites et moyennes entreprises. Le taux de chômage est de 4,5% (fin 2005) selon les données européennes, 7,1% (avril 2005) selon les méthodes de calcul autrichiennes. Le produit intérieur brut est chiffré à 254 milliards de dollars (130 000 milliards Fcfa) et le PIB par habitant à 31 406 dollars (environ 16 millions Fcfa).

synthèse M. KÉITA

Essor du 25 février 2008