Partager

Des vivres et de l’argent destinés aux associations d’aide aux enfants défavorisés.

Le programme d’insertion des enfants en situation difficile dans la région de Ségou, Mopti et le district de Bamako, lancé par le Premier ministre, a été mis à profit par le ministre du Développement Social, de la Solidarité et des Personnes Agées et son homologue de la Promotion de la Femme, de l’Enfant et de la Famille, de rendre une visite de terrain à quatre associations d’accueil et d’insertion socio-professionnelle des enfants orphelins et de la rue.

C’est une première de voir deux ministres se déplacer côte-à-côte dans le cadre de l’humanitaire. L’objectif étant de renforcer la collaboration entre le gouvernement et les associations qui oeuvrent en faveur des couches défavorisées.

Il s’agit, au cours de cette sortie, de renforcer le partenariat entre l’Etat et les associations. D’échanger avec les différents acteurs des difficultés de travail et de faire la jonction du programme de réinsertion des enfants en situation difficile.

L’Association pour la Survie, l’Encadrement des Mères et Enfants de la Rue au Mali (ASSUREME RUE- Mali) sise à Faladié a été créée en 1998. L’association est exclusivement réservée aux orphelins de bas- âge, c’est-à-dire de 0 à 5 ans. Actuellement, elle compte 42 enfants. Elle participe à l’encadrement, au suivi des mères et enfants séropositifs et à leur réinsertion sociale.

Pour la circonstance, Mme Maïga Sina Damba, a remis une tonne de riz, des couches, du savon, de l’eau minérale, des céréales blédina et une enveloppe de 150000 FCFA à la présidente de l’association, Mme Pona Awa Camara, qui, émue, a, au nom des enfants, remercié le gouvernement du choix porté sur sa structure.

Ainsi, se trouve à Magnambougou, le Projet de l’Association Sidjiyaton, qui est un centre d’accueil pour adolescents. L’âge d’admission est de 12 à 18 ans. Présentement, 11 filles et 17 garçons y vivent à côté des enfants en situation difficile du quartier qui viennent pour manger, et se faire scolariser. Au total, le centre a la charge d’une trentaine d’enfants.

Là, également, Mme Maïga Sina Damba a remis au directeur du centre, Mamadou Touré, une tonne de riz et une enveloppe de 150 000 FCFA. Le directeur a, par la suite, sollicité l’appui des deux ministres en faveur d’un contenaire venant d’un des partenaires et contenant des habits et jouets pour enfants bloqué à la douane. Ces derniers ont pris les documents pour un dénouement heureux.

La délégation s’est ensuite dirigée du côté de l’ACI (Hamdallaye) voir l’Association pour la Sauvegarde de l’enfance (ASE- Mali) qui est également un orphelinat. Ce centre d’accueil et de placement a été créé en 1993 par une femme assez dynamique en la personne de Mme Doumbia Mallé Sangho.

Il accueille les enfants de 0 à 15 ans. Au total, 65 enfants y vivent. Le ministre Sékou Diakité de remettre une tonne de riz et une enveloppe de 150000 FCFA à la directrice, avant d’encourager le personnel, au nom du gouvernement.

Enfin, à Sikoroni en commune I, c’est au Centre d’écoute communautaire, une filiale de Enda Tiers Monde, de recevoir la visite de la délégation. Là, les jeunes non scolarisés viennent, pendant la journée, apprendre la menuiserie et les enfants en font un lieu de retrouvailles soit pour jouer, soit pour regarder la télé. Le centre, en outre, fait de l’alphabétisation et des activités génératrices de revenus (AGR) pour les femmes et les jeunes du quartier.

De même, le président du centre, Mahamane Maïga, a reçu du ministre en charge du Développement Social, une tonne de riz et une enveloppe de 150 000 FCFA.

Le chef de quartier a demandé aux représentants de l’Etat d’être leur porte-parole auprès du gouvernement. Il a aussi sollicité l’appui au plan économique, puisque Sikoroni est un vieux quartier, peuplé mais très pauvre qui semble tomber dans l’oubliette.

Les ministres ont affirmé avoir un sentiment partagé, car à travers cette visite, ils se sont rendus compte que les enfants, sous la garde des structures spécialisées, sont hors danger. «Les partenaires de l’Etat, selon les acteurs impliqués, travaillent jour et nuit» a déclaré Sina Damba.

«A travers les associations oeuvrant dans ce sens, une solidarité nationale se met sur place» estime le ministre Sékou Diakité.

Pour la circonstance, les ministres étaient accompagnés par le Directeur National du Développement Social, Alassane Bocoum et du Directeur régional du district de Bamako et du directeur du Développement Social Abdoulaye Maïga.

Fatoumata Mah THIAM DOUMBIA

30 juillet 2008