Partager

attbout1.jpg
Le président de la République, Amadou Toumani Touré a effectué samedi et dimanche une visite d’État de deux jours à Alger. C’est en milieu de journée samedi qu’il est arrivé dans la capitale algérienne, accompagné de plusieurs ministres : Kafougouna Koné (Administration territoriale et Collectivités locales), Moctar Ouane (Affaires étrangères et Coopération internationale), Mme Bâ Fatoumata Nènè Sy (Économie, Industrie et Commerce), Ahmed Sow (Énergie, Mines et Eau). Les gouverneurs de Kidal et Gao étaient également du déplacement.

Accueilli à sa descente d’avion par son homologue algérien Abdel Aziz Boutelika, le président Touré a été salué par une salve de vingt et un coups de canon et un comité d’accueil.

Le président du Conseil de la nation algérienne, Abdel Kader Bensalah, le président de l’Assemblée populaire nationale, Abdelaziz Ziari ainsi que du chef du gouvernement algérien, Abdelaziz Belkhadem étaient également à l’accueil.

Amadou Toumani Touré a passé en revue des détachements de la Garde républicaine et de trois corps de l’armée algérienne, avant de s’entretenir pendant une trentaine de minutes avec le président Boutelika dans un salon de l’aéroport d’Alger.

Après l’aéroport, le chef de l’État sera ensuite conduit à la résidence Zeralda dans la banlieue algéroise où un second tête-à-tête de près d’une heure a réuni les deux personnalités. Bien sûr, rien n’a filtré de ces deux entretiens. Mais l’on peut présumer aisément que les deux chefs d’État ont discuté des relations de coopération qui lient Bamako et Alger.

Au-delà des aspects économiques, Maliens et Algériens ont à coeur de sécuriser les 2500 kilomètres de frontière qui séparent les deux pays. La bande sahélo-saharienne, faut-il le rappeler, est devenue le théâtre d’opération de bandes armées et de trafiquants de tout bord et une plaque tournante de l’émigration clandestine.

Amadou Toumani Touré a reçu en fin d’après-midi en sa résidence de Zeralda, le président du Conseil de la nation et le chef du gouvernement algérien en visites de courtoisie. Avec ces deux personnalités, il a passé en revue la coopération économique, culturelle et scientifique, avant d’aborder les questions sécuritaires le long de la frontière commune.

De ces entretiens, il ressort qu’il a été convenu d’élever le niveau de cette coopération à la mesure de la volonté politique qui anime les peuples algérien et malien. Le chef de l’État a dans un discours, plaidé pour la résolution des problèmes sécuritaires qui prévalent dans cette partie du Sahara.

attbout.jpgLe président de la République s’est ensuite entretenu avec une délégation de la colonie malienne vivant à Alger, avant de visiter le chantier de la nouvelle chancellerie malienne dans la capitale algérienne.

Nos compatriotes, pour la plupart des étudiants, ont exposé devant le chef de l’État les problèmes auxquels ils sont confrontés et qui ont pour noms : acquisition de passeport à moindre coût, difficultés liées au transfert de devises, obtention de bourses pour poursuivre les études.

A chacune de ces préoccupations, le président Touré, dans un langage de vérité, a donné des apaisements et promis d’apporter des solutions à certains problèmes dans la mesure des moyens de l’État, tels que par exemple les logements sociaux.

Il a donné l’assurance que les autres points seront examinés au niveau du gouvernement. L’État, dans le cadre de la Grande commission mixte de coopération, posera les problèmes dont la solution nécessitera le concours de la partie algérienne.

L’honorable Abdel Kader Bensalah, le président du Conseil national, la chambre haute du parlement algérien, a offert dans la soirée du samedi un dîner au président Touré et à sa délégation.

Hier au deuxième jour de sa visite en Algérie, le chef de l’État a déposé une couronne de fleurs au pied de la stèle du sanctuaire dédié aux martyrs, et a ensuite visité le Musée du moudjahidin.

Par ailleurs, le chef de l’État a été reçu ensuite par son homologue algérien au siège de la présidence de la République algérienne pour un second tête-à-tête qui sera plus tard élargi aux autres membres de la délégation officielle.

Au terme de ces entretiens, Algériens et Maliens ont signé un accord visant à raffermir la coopération entre les deux pays. Le président Bouteflika a ensuite offert un déjeuner à la délégation malienne au cours duquel les deux parties ont procédé à un échange de toasts.

En principe, le président de la République devrait rentrer hier soir à Bamako. Nous reviendrons sur d’autres aspects de cette visite dans notre prochaine édition.

Envoyé spécial

B. COULIBALY- L’Essor


26 novembre 2007.