Partager

Les temps forts de cette visite ont concerné les aires de production de la coopérative des femmes et les différents ateliers du Centre de formation professionnelle et les échanges avec les bénéficiaires du projet et les partenaires de la formation et de l’insertion socioprofessionnelle des jeunes.

L’événement qui revêt une importance capitale a drainé une foule nombreuse qui a réservé un accueil chaleureux à la délégation conduite par Ousmane Issoufi Maïga.

Le Centre de formation professionnelle de Missabougou a été construit avec l’appui financier du Grand Duché du Luxembourg dans le cadre de la mise en œuvre de la politique du sous-secteur non formel par le Centre national des ressources de l’éducation non formelle (CNR-ENF).
Et plus précisément du programme intitulé “Alphabétisation fonctionnelle et appui aux initiatives de développement des femmes et des jeunes du quartier de Missabougou en commune VI“.

Le Centre est placé sous la double tutelle du ministère de l’Education nationale et de l’Emploi et de la Formation professionnelle.

Il a pour objectifs, entre autres, de réduire l’analphabétisme dans le quartier, d’assurer la formation professionnelle des jeunes filles et garçons déscolarisés précoces et de réduire le chômage.

Au cours de cette visite, le Grand Duché a été impressionné par les réalisations faites sur le terrain et s’est réjoui de la coopération entre les deux pays. Pour lui, cet exemple doit être multiplié au bénéfice d’autres pays.

Et Ousmane Issoufi Maïga de dire que cette initiative peut servir de modèle à d’autres jeunes défavorisés. Et que la coopération entre le Mali et le Luxembourg donne de l’espoir et engage les uns et les autres à continuer sur cette lancée.

De l’ouverture du Centre à nos jours, plus de 20 300 femmes et jeunes ont été formés. Il faut aussi noter que l’une des recommandations de la 3e session de la commission de partenariat Mali-Luxembourg, le 18 avril 2005, est de soutenir l’APEJ dans la promotion de l’emploi des jeunes, notamment par l’appui au développement de l’auto-emploi et des sortants des Centres d’éducation pour le développement (CED).

Ramata TEMBELY

30 janvier 2006.