Partager

A quelques encablures du bouclage de la formation de la première vague de 4 000 soldats, le ministre de la Défense et des Anciens Combattants, Soumeylou Boubèye Maïga, a effectué le lundi 12 Mai 2014, une visite des différents centres de formation de Bamako. Il était accompagné du chef d’Etat major général adjoint des forces armées, le Général Dider Dacko et des Directeurs et Chefs de service de son département.

C’est aux environs de 9 heures 30 minutes, à la DMHT (Direction du Matériel, des Hydrocarbures et du Transport) de Kati, que le ministre Soumeylou Boubèye Maïga a débuté sa visite. Il fut accueilli par le Colonel -major Mustapha Drabo.
Et c’est celui-ci qui eut l’insigne honneur de lui présenter le matériel logistique nouvellement acquis. Il s’agit de 19 camions de 5 tonnes, de 3 camions de 20 tonnes, de 5 citernes à essence de 10 000 litres, de 3 citernes à eau de 10 000 litres, de 2 ambulances et 1 tracteur.
Il a ensuite expliqué aux hommes de presse que le gouvernement avait décidé de doter l’armée de matériel de soutien, lequel, a-t-il soutenu, a toute son importance pour cette deuxième phase, dans laquelle il s’agit de marquer la présence de l’armée sur le terrain. A la grande différence de la première phase de reconquête, où l’accent était plutôt mis sur le matériel de guerre.

Le Colonel-major Drabo a enfin précisé que c’était un effort du gouvernement sur le Budget national, un effort qui va continuer jusqu’en 2015. A la fin de cette première étape de sa visite, Soumeylou Boubèye Maïga a confié aux journalistes qu’il était venu faire le point des acquisitions, qui portent essentiellement sur des moyens logistiques.
C’est ensuite au pas de charge que le ministre de la Défense a visité les formations en cours, respectivement à la Garde nationale, puis au Génie militaire, à la Direction du sport militaire et à l’Ecole de la Gendarmerie nationale. Ici se forme le Peloton d’intervention de la Gendarmerie nationale (PIGN), qui a pour mission la protection des hautes personnalités et l’accompagnement des missions à très haut risque, telles que la libération des otages.

Le ministre de la Défense et sa délégation ont d’ailleurs eu droit à une simulation de délivrance d’otages. Pour boucler la boucle, Soumeylou Boubèye Maïga a visité le Centre de formation de la Base 101.
A la fin de cette journée particulièrement chargée, le ministre de la Défense a jugé très instructive cette longue série de visites des formations qui, selon lui, arrivent à leur terme. Celles-ci impliquaient 4 000 soldats, et une autre vague de 4 000 militaires va immédiatement après commencer sa formation.
«C’était l’occasion de s’enquérir du réarmement moral et du niveau opérationnel des stagiaires, qui vont désormais avoir à mener leur mission sur le terrain. Des efforts importants sont déployés pour la prise en charge entière des formations et des dispositions sont prises pour mettre les militaires dans des conditions satisfaisantes», a-t-il conclu.

Pierre Fo’o Medjo

Le 15 Mai 2014