Partager

La lutte contre le terrorisme, la paix et la stabilité dans la région étaient au centre de la visite de Ramtam Lamamri.

Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra était en visite vendredi et samedi dans notre pays. Bamako était la dernière étape d’une tournée qu’il effectuait dans les pays du Champ, après Niamey et Nouakchott. Au programme du chef de la diplomatie algérienne, des séances de travail avec le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, Zahabi Sidi Ould Mohamed et avec son collègue de la Défense et des Anciens combattants, Soumeylou Boubèye Maïga. La délégation algérienne a aussi rendu une visite de courtoisie au Premier ministre Oumar Tatam Ly, et rencontré le ministre de la Réconciliation nationale et du Développement des Régions du Nord, Cheick Oumar Diarrah. Les responsables de la Minusma et de la représentation de l’Union africaine ont également reçu la visite du ministre algérien.

Ramtane Lamamra a bouclé sa visite de 48 heures menée au pas de charge, par le palais de Koulouba où il a été reçu en audience par le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, samedi dans la soirée.

Au sortir de cette audience, le chef de la diplomatie algérienne a expliqué que sa visite s’inscrivait dans le cadre des consultations « fraternelles » entre les deux pays, en précisant qu’il était venu également « pour transmettre les salutations fraternelles » du président algérien, Abdelaziz Bouteflika à son homologue Ibrahim Boubacar Keïta, qu’il félicité pour sa brillante élection.

Il a ensuite déclaré que son pays et le Mali « travailleront main dans la main pour défaire le terrorisme » et que « la priorité de l’Algérie doit aller à ses voisins ». « Ensemble nous avons décidé de mutualiser nos efforts. La sécurité du Mali et celle de l’Algérie sont indissociables », a-t-il ajouté en assurant que de nouvelles perspectives seront ouvertes sans donner de détail sur ce point.

Interrogé par la presse algérienne, le président de la République a indiqué que notre région a besoin de paix et de stabilité. « Nous fondons beaucoup d’espoir sur l’Algérie et nous comptons sur le président Bouteflika pour vaincre les menaces qui compromettent la stabilité et tous les projets de développement dans le nord de notre pays. Le soutien de l’Algérie pour nous est une donnée de base », a dit le chef de l’Etat.

À la Primature, à l’issue de l’entretien avec Oumar Tatam Ly, Ramtane Lamamra a indiqué avoir passé en revue avec le chef du gouvernement les défis qui se présentent aux deux pays, ainsi que les axes d’effort sur lesquels les actions communes doivent être déployées. « Nous avons également envisagé les créneaux dans lesquels la contribution de l’Algérie peut se faire pour la consolidation de la paix, le développement des régions du Nord et la réconciliation nationale en vue d’une sortie de crise effective pour ouvrir des perspectives prometteuses au Mali », a-t-il dit.

Le chef de la diplomatie algérienne a souligné que ces points avaient déjà été évoqués lors du séjour à Bamako du Premier ministre algérien, Abdelmalek Sellal, qui représentait le président Abdelaziz Bouteflika à la cérémonie du 19 septembre marquant le début du mandat du président Ibrahim Boubacar Keïta. « Ces efforts et les consultations vont se poursuivre et doivent aller en s’amplifiant pour favoriser la paix, la réconciliation et de développement au Mali et dans la région », a poursuivi le visiteur de marque.

Au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, le ministre algérien et son homologue malien entourés de leurs proches collaborateurs ont eu une séance de travail. Zahabi Sidi Ould Mohamed a réaffirmé que le Mali compte beaucoup sur l’Algérie pour rétablir la paix et la sécurité dans sa partie nord. De son côté, Ramtam Lamamri a assuré que les deux pays ont une « convergence totale » de vues sur les questions de paix, de sécurité et de développement dans la région.

« Nous avons une vision commune et nous sommes très fiers de la disponibilité de l’Algérie à aider le Mali et à l’accompagner dans son processus de rétablissement de la paix et de la stabilité. Nous avons l’opportunité de travailler ensemble sur la base d’une vision commune pour que les pays de la région puissent s’approprier leur avenir avec le soutien de la communauté internationale », a-t-il encore dit, ajoutant avoir procédé avec son homologue malien à une évaluation des perspectives de coopération tant au plan de la sécurité que du développement.

Enfin Ramtane Lamamra a promis que l’Algérie continuera à accompagner le Mali dans son processus de sortie de crise à travers l’encouragement d’un dialogue inclusif basé sur des principes fondamentaux, à savoir le respect de l’unité nationale, l’intégrité territoriale et l’indépendance du Mali.

A. DIARRA

Essor du 28 Octobre 2013