Partager

Souleymane Cissé, président de l’Union des Créateurs et entrepreneurs du cinéma et de l’audiovisuel de l’Afrique de l’ouest, à quelques mois de la quatrième édition des rencontres cinématographiques de Bamako, a reçu son excellence Michel Reveyrand de Menthon, ambassadeur de France au Mali.

Après une présentation de l’UCECAO et de ses objectifs, l’ambassadeur de France a souhaité avoir quelques explications sur certains projets phares de l’organisation cinématographique sous-régionale, tel que le projet de la construction d’une maison du cinéma africain sur les berges du fleuve Djoliba.

Souleymane Cissé a indiqué que la volonté de bâtir à Bamako sur les bords du fleuve Djoliba une maison dédiée au cinéma africain a été matérialisée il y a six ans, lorsque les autorités maliennes ont mis à la disposition de l’UCECAO un terrain d’environ un hectare.

Malheureusement, faute de moyens et de partenaires, il dira que ce terrain reste encore inexploité. L’ambassadeur de France au Mali a suggéré au Président Souleymane Cissé de travailler à faire avancer le concept de la maison du cinéma africain dont la dimension régionale est un gage de réussite.

Avant d’aller visiter le terrain prévu pour abriter le futur siège de la maison du cinéma africain à Ngolonina, le président de l’UCECAO a souhaité que son excellence, Michel Reveyrand de Menthon accepte qu’il soit cité entre les parrains du projet.

Mieux, il a demandé à l’ambassadeur de France d’être le point focal entre l’UCECAO et les représentations diplomatiques dans notre pays pour l’aboutissement du projet de la maison du cinéma africain.

Accompagné par Jean Claude Piel, chef du service de coopération et d’action culturelle de l’ambassade de France, son excellence Michel Reveyrand de Menthon, guidé par Souleymane Cissé, a visité le terrain d’environ un hectare au bord du fleuve Niger et le siège des films Cissé à Niaréla.

En bon cinéaste, Souleymane Cissé a proposé à ses visiteurs un film documentaire de huit minutes sur Nyamina et ses berges qui se dégradent d’année en année sous l’effet de la montée des eaux du fleuve Niger.

Cela fut aussi une belle transition pour présenter l’événement de l’année que l’UCECAO, en partenariat avec la société civile des Auteurs-réalisateurs-producteurs de France (ARP), s’apprête à organiser.

Cette année pour sa quatrième édition, les promoteurs des rencontres cinématographiques de Bamako, selon Souleymane Cissé, ont décidé de faire connaître la réalité de notre monde rural, moins médiatisé.

Assane Koné

26 septembre 2006.