Partager

Le Mali fait partie des 18 pays de concentration de la coopération belge à travers le monde.

Ainsi, dans le cadre du renforcement de nos relations, lors de la 3ème session de la commission mixte tenue à Bruxelles les 29 et 30 juin 2004, un Programme indicatif de coopération (PIC) a été adopté.

Cadre programmatique à moyen terme, le Pic permet une meilleure articulation entre les stratégies de développement du Mali telles que décrites dans le Cadre Stratégique de Lutte contre la Pauvreté au Mali (CSLP) et la politique de coopération au développement de la Belgique.

Le Pic s’étalera sur la période de juillet 2004 à juin 2007.
Aussi, de commun accord, décision a été prise par les deux pays de retenir des secteurs prioritaires comme la santé de base, l’éducation, le développement rural, avec des thématiques transversales telles que la prévention des conflits et la consolidation de la paix au nord, la décentralisation, le genre, l’économie sociale, la lutte contre le Vih-Sida, et l’environnement.

Dans le domaine de la santé, la Belgique accorde au Mali environ 5,2 milliards de Fcfa.

Dans le projet de renforcement des soins de santé primaires dans le cercle de Kita, la Belgique apporte sa contribution de 1,1 milliard de Fcfa.

Par rapport à la lutte contre les IST (Infections Sexuellement Transmissibles) dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao, la Belgique contribue à hauteur de 262 millions de Fcfa.

Durant la visite de la Princesse Mathilde en février dernier, la signature d’une convention spécifique pour le financement du projet d’appui en équipement et formation au centre hospitalier Mère-Enfant « Le Luxembourg » d’un montant d’environ 25 millions de Fcfa a eu lieu.

Dans le secteur de l’éducation, la Belgique à travers la Banque mondiale, a mis à la disposition du Mali, une somme de 4,4 milliards de Fcfa pour la construction de salles de classes et leur équipement.

Egalement, est prévue par la Belgique, une contribution au Programme d’investissement sectoriel de l’éducation (Pise) dans sa 2ème phase en 2006.

Cette intervention, s’inscrivant dans le cadre du Pic, cible l’enseignement technique et professionnel avec une enveloppe de 5,2 milliards de Fcfa.

Dans le domaine du développement rural et de l’environnement, la Belgique contribue à hauteur de 4,5 milliards de Fcfa dans le Programme d’appui à la décentralisation dans les cercles de Banamba, Kolokani et Nara. La convention de financement de ce projet a été signée lors de la visite de la Princesse Mathilde en février dernier.

La Belgique intervient également dans le projet de promotion, sélection et vulgarisation du zébu Azawak à hauteur de 1,3 milliard de Fcfa ; dans le projet d’appui à la gestion décentralisée de l’hydraulique dans la région de Gao à hauteur de 4,4 milliards de Fcfa, dans le cadre de la prévention des conflits et de la consolidation de la société, une convention relative à l’appui aux commissions locales de récupération des armes légères d’un montant de 1,3 milliards de Fcfa a été signée, ainsi que dans le programme d’assainissement des villes retenues pour la Can 2002 à hauteur de 720 millions de Fcfa.

Les programmes sectoriels portent sur l’appui à la réalisation d’études et de consultations, l’appui en expertise à l’état malien, l’appui à la création d’un environnement propice au développement du secteur privé.

Durant la visite du chef de l’état en Belgique, questions ayant trait à l’aide budgétaire directe, à l’appui à la politique d’emploi des jeunes, à l’appui à la gestion de la sécurité alimentaire, seront analysées par les parties belge et malienne.

Egalement, soutien des autorités belges auprès des instances européennes pour des actions de sauvegarde du fleuve Niger, appui à la micro-finance, à la promotion du partenariat entre les secteurs privés des deux pays, seront sollicités par le chef de l’état malien.

15 novembre 2005.