Partager


Le ministre français de l’Immigration, de l’Intégration, de l’Identité nationale et du Codéveloppement, M. Brice Hortefeux a effectué hier, mardi 27 novembre, une visite dans notre pays. A cette occasion, il a visité le Musée nationale et a rencontré le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, Dr Badra Alou Macalou. C’était dans la salle de réunion dudit département.

Après une réunion à huit clos entre les responsables maliens et français, les deux ministres ont souligné qu’au cours de cette rencontre, ils ont échangé sur les préoccupations communes relatives au séjour des Maliens à l’extérieur et la circulation des personnes entre le Mali et la France.

Dr BADRA ALOU MACALOU

Selon Dr Macalou, la France et le Mali sont des pays amis et c’est dans cet esprit qu’ils ont travaillé. Il pense que les échanges ont été fructueux, toute chose qui fait qu’il faut envisager l’avenir de façon optimiste. Pour le ministre des Maliens de l’Extérieur et de l’Intégration Africaine, les autorités malienne et française vont se donner les moyens pour continuer à discuter sur les sujets qui restent leurs préoccupations communes.

M. BRICE HORTEFEUX

Quant au ministre français de l’Immigration de l’Intégration de l’Identité nationale et du Codéveloppement, il a précisé que les deux parties ont abordé tous les sujets sans tabou avec franchise, avec la volonté d’arriver de façon concertée à des solutions qui donnent satisfaction à la France et au Mali.

Pour M. Brice Hortefeux, la communauté malienne est une communauté importante. Il a ajouté qu’ils ont discuté de tous les sujets comme l’intégration des Maliens qui sont en situation légale, qui travaillent et qui respectent les valeurs du pays qui les acceuille, et aussi de la question de ceux qui sont en situation illégale.

Ils ont échangé sur comment faire et comment s’organiser par rapport à la question. La question des étudiants maliens en France a été aussi évoquée . A ce sujet, ils ont suggéré que la réflexion soit menée par rapport aux filières qui peuvent être utiles à la France et au Mali.

Selon lui, il a été aussi question du codéveloppement dont le Mali attend beaucoup et la France est prête à faire beaucoup dans ce sens. Il s’agissait pour lui, d’une réunion de prise de contact au cours de laquelle ils ont sympathisé et comptent se revoir.

Il a, par ailleurs, informé qu’il recevra à Paris l’ensemble des ambassadeurs du continent africain le 10 décembre prochain. Car, a-t-il précisé, “on n’est plus au temps où il y a un pays qui décide unilateralement, mais on doit avancer de manière concertée”.

Dado CAMARA

28 novembre 2007.