Partager

C’est une révolte sans précédent que connaît la Tunisie, du jamais vu depuis les émeutes du pain en 1981. Les troubles qui ont commencé à Sidi Bouzid se sont étendus à plusieurs localités et grandes villes du pays. Ce week-end, à Kasserine et Thala à l’ouest, les affrontements entre manifestants et forces de l’ordre ont dégénéré en bain de sang. Ils ont fait entre 14 et 20 morts selon les sources. Plusieurs tabous sont en train de tomber: On a brûlé des portrait du président Ben Ali, saccagé des locaux de son parti, le RCD. Toutes choses encore impensables il y a un mois ; même les partis d’opposition autorisés, d’ordinaire très prudents, ont osé critiquer le président et sa politique. Le chef du PDP et celui de l’UDU exigent l’arrêt immédiat des tirs à balles réelles contre les civils.Une télévision privée s’est même risquée il y a deux semaines à organiser un débat sur les troubles sociaux. Après quatre semaines de troubles, l’UGTT, la grande centrale syndicale, a exprimé son soutien aux revendications des populations. Mais aujourd’hui certains de ses responsables veulent aller plus loin et commencent à évoquer l’organisation d’une grève générale.RFI.FR.