Partager

Le ministère de la Sécurité et de la Protection civile en collaboration avec ONU Femmes, a abrité, hier, la cérémonie de plaidoyer et de sensibilisation sur les violences basées sur le genre et les violences sexuelles liées aux conflits et la résolution 1.325 du Conseil de sécurité des Nations unies, dans le contexte des «16 jours d’activisme» contre les violences faites aux femmes et jeunes filles.

La cérémonie était présidée par le secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, Oumar Sogoba, en présence de la représentante résidente de ONU Femmes au Mali, Mme Béatrice Eyong, du coordinateur des chefs de quartier de Bamako, Bamoussa Touré et de nombreux invités.

Le coordinateur des chefs de quartier de Bamako a remercié le département de la Sécurité et de la Protection civile, pour l’initiative de cette journée. «Aujourd’hui, si nous avons besoin de quelque chose pour s’épanouir, c’est bien la sécurité. Et, elle ne va pas se faire sans l’implication des uns et des autres. Ici, dans notre société, le socle de la famille, c’est la femme. Et le département de la Sécurité et de la Protection civile a compris cela, en organisant cette journée, de plaidoyer et de sensibilisation, en partenariat avec ONU Femmes», a évoqué Bamoussa Touré.

Le secrétaire général du ministère de la Sécurité et de la Protection civile a rappelé que les violences faites aux femmes et aux filles et violences sexuelles liées aux conflits sont aujourd’hui reconnues comme une violation grave des droits humains. Il a évoqué qu’au regard du phénomène et de son ampleur, des actions ont été entreprises par son département, notamment la création de la ligne verte (80333) à Bamako, Sikasso, Mopti, Tombouctou et Gao et le One Stop Center qui a été créé pour écouter et conseiller les victimes de violences.

Cette structure s’occupe de la prise en charge holistique des survivantes de violences sexuelles et violences basées sur le genre. Les points focaux genre ont été mis en place dans plusieurs structures relevant du ministère de la Sécurité et de la Protection civile. La police a mis en place des enquêteurs BVG et pour la première fois deux femmes ont été nommées conseillers techniques au ministère de la Sécurité et de la Protection civile et trois femmes nommées directrices régionales.

Oumar Sogoba a expliqué que cette journée de plaidoyer et de sensibilisation vise à partager des informations avec les cadres et les points focaux genre de son ministère. Il a plaidé pour l’élimination des violences basées sur le genre et violences sexuelles liées aux conflits. Il a salué les partenaires pour leur engagement en faveur de la promotion des droits de la femme de façon générale.

Pour sa part, Mme Béatrice Eyong a indiqué que son organisationrenouvelle son engagement auprès du gouvernement et plus particulièrement du ministère de la Sécurité et de la Protection civile, pour les efforts qu’il apporte dans la lutte contre les violences basées sur le genre et celles faites aux femmes.

Siné S. Traoré

Source: L’Essor