Partager


La destruction d’une base de la « troupe » de Bahanga par l’Armée nationale, qui s’est soldée par la mort de 31 personnes et la capture de nombreux « corsaires du désert » en fin de semaine dernière, est un acte de bravoure et de patriotisme qui mérite d’être salué à sa juste valeur.

Cette victoire militaire sur l’ennemi intérieur soulage les Maliens, endeuillés par les agissements inqualifiables de justiciables qui prétendent imposer leur diktat à la République : tuant d’innocentes populations, détruisant des biens publics et privés, enrayant l’amorce du développement des régions nord depuis plus d’une décennie.

C’est aussi et surtout un succès qui intervient au lendemain de la célébration de l’an 48 de l’Armée. Pouvait-on espérer meilleur cadeau d’anniversaire ?

Voilà pourquoi il nous plaît de décerner la note exceptionnelle à tous ces hommes et femmes qui se sont dédiés à la défense de la patrie, à la protection des personnes et des biens ; plus que des missions, des sacerdoces. Le Mali est un et le restera. Après avoir longtemps offert le dialogue et la carotte, le commandement en chef, qui a déjà affirmé que « trop, c’est trop », devra dorénavant laisser l’Armée nationale brandir le bâton coercitif devant ramener à la raison les fauteurs de troubles.

La rébellion est finie ! Tous ceux qui se réclament d’elle doivent trouver la solution à leurs préoccupations dans le Pacte national ou l’Accord d’Alger, etc. Force doit à présent revenir à la loi. Et dans cette optique-là, l’Armée vient de prouver qu’elle a du répondant.

Bayer

26 Janvier 2009