Partager

Les visiteurs de la ville de Kita, située à moins de 160 km de Bamako s’apercevront désormais de l’existence d’une cité moderne située à quelques kilomètres du centre ville. Cette cité moderne dénommée Darsalam -Talako doit son nom à sa position géographique qui la place entre le village de Talako, dernier village avant d’entrer à Kita et le quartier de Darsalam, premier quartier de la ville.
La cité, constituée de 20 logements sociaux, a été réalisée dans le cadre de l’ambitieux programme des 3 500 logements qui a déjà concerné certaines capitales régionales et des villes secondaires. Ainsi, après la ville de Kayes et Nioro du Sahel, Kita devient la troisième localité de la première région à avoir des logements sociaux. Des logements qui font désormais la fierté de tout le cercle et des autorités régionales et locales.

Les populations n’ont pas manqué de se mobiliser, ce lundi 10 juillet, pour être les témoins oculaires de cette cérémonie solennelle de remise des clés, et, par conséquent, d’exprimer leur grande satisfaction au président de la République et sa suite dont les ministres de l’Habitat et de l’Urbanisme et de l’Equipements et des Transports.

Les logements ainsi inaugurés à Kita sont bâtis sur une superficie de 1 ha 56 a sur une superficie totale de 5 hectares offerte au département de l’Habitat. Ils ont coûté un montant hors taxe de 331 400 609 FCFA dont une subvention de l’Etat de l’ordre de 210 947 259 FCFA soit 63,65 % représentant les frais d’étude et de viabilisation à travers l’extension du réseau électrique, l’éclairage public et l’adduction d’eau faite à partir d’un forage.
Ces maisons de type F2 couvertes de tôle comprennent un bâtiment principal d’une superficie bâtie de 47,41 m2 – constitué de deux chambres et une véranda, une latrine et une cour intérieure de 300 m2.

Les travaux de construction ont été réalisés par deux entreprises nationales – Halima construction et Anna service – la coordination et la supervision des travaux ont été assurées par la subdivision de l’urbanisme et de l’habitat de Kita.

Le prix de cession de chaque logement est de 6 111 600 FCFA dont le remboursement, sans intérêt, par les bénéficiaires, est étalé sur 25 ans avec une mensualité de 20 372 FCFA à laquelle s’ajoutent les 2 000 FCFA de frais de gestion de la BNDA, qui en l’absence d’une succursale de la BHM-SA à Kita, assure la collecte des frais versés par les bénéficiaires. Dans chacune des maisons, la SOTELMA a assuré à ses frais l’installation du réseau de téléphone fixe et un poste a été offert aux 20 bénéficiaires.

Pour l’attribution des logements, il a été constitué auprès du préfet de Kita, une commission d’attribution composée des représentants des services techniques et de la société civile. Cette Commission d’attribution de neuf membres présidée par Mme Diallo Najim Oura Maïga, avait recueilli 34 dossiers dont 6 femmes représentant toutes les catégories socioprofessionnelles et des Kitois de l’extérieur. Les 20 heureux bénéficiaires comprennent 4 femmes, 12 salariés et un Malien de l’extérieur et le reste sont des non salariés.


10 millions de FCFA à la jeunesse de Kita


La qualité du travail abattu par la Commission, notamment par sa présidente n’a pas échappé aux félicitations du président de la République. ATT de rappeler une fois de plus que « ces maisons, à un prix social, est un geste de solidarité de toute la nation. C’est comme si tous les Maliens avaient contribué pour donner une maison à un ressortissant de Kita « . Ce qui suppose une obligation de respect des engagements contractuels et, au cas contraire, avertit-il, « les mauvais payeurs seront délogés au profit des autres qui attendent sur la liste « .

ATT a également salué le travail abattu par le département de Modibo Sylla et tous ses services dans la réalisation des logements sociaux. Le ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme a, pour sa part, félicité les services locaux et les autorités de Kita qui ont contribué à la réalisation de cette cité, avant d’inviter les bénéficiaires à honorer leurs engagements à travers l’observation stricte des termes du contrat qui les lie à l’Etat. « Ils doivent par ailleurs veiller à l’hygiène et à la salubrité de leur environnement. La réussite du programme est à ce prix. Quant aux autorités administratives et politiques de Kita, je voudrais leur dire que ce nouveau quartier fait partie intégrante de la ville et de ce fait sa gestion doit être intégrée à celle de Kita » a-t-il conclu.

Auparavant, le maire de la commune urbaine de Kita, Bolly Kéïta avait salué le président ATT pour les immenses projets réalisés dans sa circonscription ces dernières années et qui ont donné un coup d’accélérateur à l’amélioration du cadre de vie des populations. Il s’agit de l’éclairage public, de la construction du marché à volaille, de la route Kita – Saraya et bientôt du bitumage de 5 km de route à l’intérieur de la ville. Malgré ces acquis, le maire a sollicité du Chef de l’Etat la réalisation d’un complexe moderne pour les jeunes, la dotation des forces de sécurité en équipements, la réalisation de la route Kita – Sigiri et l’extension des logements sociaux. Le porte-parole des bénéficiaires a sollicité la réalisation d’un poste de sécurité près de la cité et d’une école. Sur le champ ATT a offert 10 millions aux jeunes pour la réfection du complexe sportif en attendant la réalisation d’un stade municipal digne de ce nom.

Youssouf CAMARA

12 juillet 2006