Partager

Si la quiétude semble de retour après les tristes événements du 20 septembre 2006, rien n’est entrepris pour attirer de nouveau les touristes. Les événements du 20 septembre 2006 (la restauration de la mosquée avait provoqué des émeutes) ont sérieusement terni l’image et la célébrité de Djenné à telle enseigne que tous les partenaires se méfient désormais d’y intervenir. Et le tourisme souffre naturellement de cette mauvaise image désormais collée à la plus belle ville en banco du monde.

De nombreux touristes ont en effet ignoré la destination Djenné depuis les émeutes. Le ministère du Tourisme et de l’Artisanat n’a curieusement rien fait jusqu’à présent pour redorer l’image fortement écornée de la Religieuse. Ce qui ne surprend pas d’ailleurs les populations parce que le ministre du Tourisme n’a visité la ville qu’une seule fois. Et pourtant, Djenné fait partie du « Triangle d’or » touristique du Mali.

Heureusement, le ministère de la Culture continue à s’investir pour donner à Djenné son image d’antan. Ainsi, le 22 mars 2007, elle a reçu la visite du ministre Cheick Oumar Sissoko accompagné d’une forte délégation. Il a rencontré les représentants de toutes les couches socioprofessionnelles à la Maison du peuple de Djenné. Il s’agissait avant tout de tester l’humeur générale des populations car de folles rumeurs circulaient sur une mésentente entre les populations concernant certaines activités programmées dans la ville.

Les échanges avec les représentants des communautés ont porté sur trois points à savoir, éclairage sur le statut de la nouvelle bibliothèque de Djenné (qui a été un point de discorde au sein de la communauté), retour du réseau Agha Khan pour la restauration de la mosquée et enfin candidature de la mosquée de Djenné au prix Agha Khan.

Sur certaines questions comme le statut de la bibliothèque, « le mercure a failli monter ». Heureusement, la raison et la sagesse des uns et des autres ont vite pris le dessus. Le statut de la bibliothèque est claire : elle appartient à toute la communauté. En ce qui concerne les évènements du 20 septembre, tous ont regretté ce qui s’est passé.

Certaines personnes qui ont fait la prison à cause de cette affaire ont pris la parole pour clamer leur innocence. Toutes ont pris l’engagement qu’un tel évènement ne se produira plus jamais à Djenné. Le retour du réseau Agha Khan pour la restauration de la mosquée a été favorablement accueilli.

Avec cette assurance, Boubacar Hama Diaby, responsable du Psic, et le ministre Cheick Oumar Sissoko ont annoncé la prochaine reconstruction du musée à Djenné grâce à un financement de l’Union européenne à hauteur de 130 millions de F CFA. On se rappelle que la première pierre de ce musée avait été posée par Mme Adame Bah Konaré le 18 mai 1998.

Lévy Dougnon
(Radio Jamana Djenné)

30 mars 2007.