Partager


Le Réseau National des Jeunes du Mali (RENAJEM), une structure spécialisée du Conseil National de la Jeunesse du Mali, pour inaugurer les activités de son plan d’action pour la période 2007-2010, a organisé une journée de plaidoyer le 5 septembre 2007, dans la salle des conférences de la Maison des jeunes de Bamako. C’était en présence de Alioune Gueye, coordinateur national du réseau.

La cérémonie d’ouverture qui était placée sous la présidence de Malick Sène, secrétaire exécutif national du Haut conseil de lutte contre le Sida, s’est deroulée en présence d’un représentant du ministère de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, du directeur de la Maison des jeunes, Modibo Traoré, du coordinateur national de la cellule sectorielle de lutte contre le VIH/Sida et du ministère de la Jeunesse et des sports.

Le coordinateur national a précisé qu’en organisant cette journée, le réseau et la cellule sectorielle de lutte contre le VIH/Sida entend faire occuper, aux jeunes, toute leur place dans la lutte contre la pandémie.

Il a rappelé que cette activité s’inscrit dans le cadre de la célébration de la journée internationale, édition 2007, et de la mise en oeuvre du plan d’action des jeunes contre le VIH/Sida, à savoir, le plaidoyer et l’échange pour une forte implication des jeunes -dont les journalistes- dans la lutte contre le VIH/Sida

Le rôle des journalistes dans la lutte contre le VIH/Sida n’est plus à démontrer. Il est essentiel. Sujet à risque comme tous les autres membres de la société, le journaliste doit d’abord tout faire pour s’informer lui-même, de façon approfondie et objective, sur la pandémie du VIH/Sida, et ensuite s’engager dans la lutte à tous les niveaux, notamment en diffusant une information juste, pertinente et accessible à tous, en faisant la promotion et en aidant à la diffusion, parmi la population, de la prévention, de la non stigmatisation et en informant et sensibilisant les décideurs sur le VIH/Sida”, a -t-il déclaré.

Aussi, selon Alioune Gueye, c’est en accordant une priorité particulière e aux jeunes que l’on parviendra à influencer le cours de la pandééémie. Pour cela, il a plaidé pour un changement de comportements des jeunes.

Le coordinateur de la cellule sectorielle de lutte contre le VIH/Sida du département de la jeunesse et des sports a salué l’intiative du réseau. Depuis plusieurs années, dira t-il, la pandémie du VIH/Sida a atteint des dimensions inquiétantes.

Selon lui, si le VIH/Sida est une menace pour l’humanité, elle l’est davantage pour la jeunesse, du fait qu’elle constitue la masse la plus importante et la plus vulnérable. Pour cela, l’accent doit beaucoup être mis sur la sensibilisation.

Le secrétaire exécutif du Haut conseil national de lutte contre la pandémie, Malick Sène, a souligné l’importance du thème choisi pour la journée, le VIH/Sida est un véritable problème de développement. Malick Sène a salué les efforts du Gouvernement et du Président de la Républiquedans leur lutte contre le fléau.

M. Alioune Gueye a fait une présentation du réseau, à travers ses objectifs et ses partenaires ,ainsi que la situation épidémiologique de la pandémie, les facteurs de vulnérabilité des jeunes, la situation à risque et les dix mesures à suivre.

Après des échanges sur les différentes communications, la journée a été sanctionnée par la signature d’une charte, signe de l’engagement de toutes les parties.

Laya DIARRA

06 septembre 2007.