Partager


L’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) voit ses rangs grossir avec l’adhésion du syndical des travailleurs d’Orange-Mali (Syntom).

L’Espace culturel Bouna a abrité le 6 août, la cérémonie d’installation du Syndical des travailleurs d’Orange-Mali (Syntom), sous la présidence de Mamadou Famakan Coulibaly, 1er secrétaire administratif de l’UNTM, représentant le secrétaire général Siaka Diakité.

Ce bureau syndical a vu le jour à l’initiative d’un groupe à la faveur de l’élection d’un comité syndical à Orange-Mali. Depuis sa création en 2003 sous le nom d’Ikatel, les travailleurs du 2e opérateur de téléphonie mobile au Mali étaient regroupés au sein d’une délégation du personnel. Ils sont néanmoins restés sympathisants de l’UNTM avec qui ils ont régulièrement défilé à l’occasion des fêtes du 1er mai.

Finalement, les 300 agents de la société Orange-Mali ont officiellement jeté leur dévolu sur l’UNTM. Celle-ci s’apprête à accueillir dans les prochains jours les 150 agents de Call Center, une autre société de prestation de service au compte d’Orange-Mali.

La cérémonie d’adhésion s’est déroulée pour le compte du Syndicat national des postes et télécommunications (Synapostel), affilié à l’UNTM. Ben Katra, le secrétaire à l’éducation, à la formation et à la culture de l’UNTM, faisant office de maître de cérémonie, a rappelé que l’UNTM compte 13 syndicats nationaux et est membre de tous les comités paritaires comme l’INPS, l’ANPE, le Fafpa, le Conseil économique, social et culturel (CESC), le Conseil supérieur de la fonction publique, entre autres.

Avant l’installation solennelle du nouveau bureau du comité syndical d’Orange-Mali, composé de 17 membres, avec comme secrétaire générale, Mme Coulibaly Korotoumou Koné, Mamadou Famakan Coulibaly a procédé à la lecture des conventions 87 et 98 de l’Organisation internationale du travail (OIT) sur la liberté et le droit syndical, ratifié par notre pays.

Il a insisté sur le rôle du syndicat dans l’entreprise qui ne doit pas être une seconde direction. Il a rappelé cette devise de l’UNTM : « Sauver l’entreprise et revendiqué ensuite ».

Seydou Diarra, le secrétaire général du Synapostel et trésorier général de l’UNTM, a, pour sa part, indiqué que « Orange-Mali appartient à une multinationale et dans six mois, la Sotelma sera dans le giron d’une autre multinationale. Ce qui veut dire que des enfants maliens que vous êtes, travailleront pour des étrangers ».

Le secrétaire général du Syndicat des travailleurs de la Société nationale de télécommunication (Sonatel) du Sénégal, Mamadou Haïdara et ses camarades Gabou Gaye de l’Allaince France-Télécom et Mme Diallo Ndèye Founé de l’intersyndical du Syndicat national des travailleurs des postes et télécommunications (SNTPT) ont encouragé les néo-syndiqués à jouer pleinement leur partition.

Ils les ont appelés à ne pas se laisser faire face à la mondialisation et aux velléités de France-Télécom de s’accaparer de tout. « Sonatel paye 7 milliards de F CFA par an à France-Télécom et Orange-Mali est l’entreprise la plus viable de la Sonatel », a affirmé Mme Diallo Ndèye Founé.


Abdrahamane Dicko

08 Aout 2008