Partager

Les associations de jeunes contre la cherté de la vie ne décolèrent pas à Bamako. Après plusieurs manifestations, ces groupements qui ont seulement en commun leur désir de lutter contre la faim viennent de se donner la main. Pour la première fois, elles vont marcher ensemble ce matin 30 avril 2008.

La marche part de la place de la liberté à 9 heures pour se terminer devant la Primature. C’est au total sept associations qui organisent cette manifestation. Réunis sous l’appellation de « Convergence contre la vie chère », les manifestants entendent dénoncer les méthodes utilisées pour lutter contre la flambée des prix des denrées de consommation. « Cela est dû à des malversations et à des exonérations corrompues, et à une inégalité du partage des ressources de l’Etat», estiment les organisateurs.

Les sept associations affirment avoir mûrement réfléchi sur la crise. Et en réaction, elles ont « jugé nécessaire de hausser le ton et d’aller vers une marche pacifique pour prouver » aux autorités que la flambée des prix des denrées alimentaires est durement ressentie par les populations.

Tout en accusant les autorités maliennes, les organisateurs lancent également des piques contre la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI) dont les politiques ont accentué la misère dans les pays en développement.

« Aujourd’hui, l’inégalité s’instaure de façon très flagrante dans les services et entreprises maliens, aboutissant à des situations lamentables tel le cas des grévistes de Morila, les 400 licenciés de l’Huicoma sans préavis aucun, la privatisation de certaines entreprises comme la Compagnie Malienne du Développement des Textiles ( CMDT)[…], la question des 103 milliards disparus (du fait de la corruption, ndlr) », dénoncent les organisateurs.

Soumaila T. Diarra

30 Avril 2008