Partager

Nous avons réussi. Nous, la presse critique trempant inlassablement sa plume, toujours et toujours dans l’encre du dialogue et de la construction, convaincue qu’il vaut mieux faire la paix même quand on sait faire la guerre. Nous, hommes de bonne volonté de Kidal et d’ailleurs, oeuvrant et priant pour la sauvegarde de la paix et de l’unité de notre pays.

Nous avons réussi à ramener l’Algérie dans le jeu politique de la médiation Nord-Mali. C’est une victoire de la presse malienne qui aura su tourner la page de l’escalade.

Notre diplomatie, en ce moment même, est en conclave au Palais d’El- Mouradia, dans le cabinet même de Boutef El Mali. Il s’agira pour elle de faire en sorte que ce portillon entrouvert devienne un large portail où toutes les compétences s’exerceront pour la paix.

Le PDES diplomatique, s’il existe, a désormais son aiguillon. En se mettant en marche, il doit s’interdire de faire en sorte que le retour de l’Algérie aux côtés du Mali ne soit pas synonyme de mise à l’écart ou de départ de la Libye, du Maroc, de la Mauritanie, de la France ou des Etats-Unis d’Amérique…

La diplomatie se doit d’être comprise comme un jeu d’équilibre, de réalisme et de courtoisie et son objet, tout en mettant en avant les intérêts des pays, consistera à toujours éviter de faire de la solution à proposer une partie du problème.

Pour notre part, aussi grande que soit notre fierté aujourd’hui, nous la mettons modestement au compte de la Victoire du Peuple.


S.El Moctar Kounta

21 Mai 2008