Partager

Le président djiboutien, Ismaïl Omar Guelleh a, pour la première fois, reçu un responsable de l’Union pour le salut national (USN), qui rassemble plusieurs mouvements de l’opposition. Une rencontre qui a eu lieu pour tenter de réchauffer les relations pour le moins tendues entre le pouvoir et l’opposition, qui revendique toujours la victoire des élections législatives du 22 février 2013. L’opposition qui dénonce aussi depuis des mois le harcèlement du pouvoir vis-à-vis de ses militants. L’interpellation d’une vingtaine d’opposants ces derniers jours ne laissait pas présager qu’une telle rencontre aurait lieu. Mais elle s’est pourtant bien déroulée samedi, au palais présidentiel pendant plus d’une heure trente. Une rencontre directe, sans intermédiaire, entre le président et un membre de l’USN, Aden Mohamed Abdou mandaté par ses pairs. L’Union pour le salut national attend que cet entretien soit maintenant suivi d’effet, mais salue cette démarche du chef de l’Etat et se dit disponible. Pour certains, le pouvoir tente d’apaiser une opposition qui, le 22 février, pourrait avoir envie de fêter à sa manière le premier anniversaire des élections qu’elle dit avoir gagné. D’autres y voient un signal d’apaisement adressé par Ismaïl Omar Guelleh à la communauté internationale avant ses futurs voyages. RFI