Partager

Selon certaines sources proches de l’Hémicycle, le président intérimaire, Pr Dioncounda Traoré, qui a dirigé la transition qui vient de finir, pourrait faire un retour sur la scène politique nationale en reprenant sa place au perchoir de l’Assemblée nationale lors de l’ouverture de la session budgétaire, le lundi 7 octobre prochain. La réunion à huis clos des membres du bureau de l’Hémicycle hier s’est-elle penchée sur la question ? Tout porte à le croire.

La réunion des membres du bureau de l’institution tenue hier place de la République s’est-elle penchée sur la question du possible retour à Bagadadji de Dioncounda Traoré ? Nul ne saurait le dire, tant le huis clos a été… épais. Mais de sources concordantes, la question taraude certains esprits à Bagadadji où de nombreux députés ne veulent pas voir l’ancien patron de la transition revenir se hisser à la tête de la représentation nationale.

En effet, à en croire les spécialistes, Dioncounda Traoré demeure juridiquement le président de l’Assemblée nationale. Il n’a été président de la République par intérim qu’en sa qualité de titulaire du perchoir de l’Hémicycle. A ce titre, « du point de vue du droit, tant que la législature se prolonge conformément à l’Accord-cadre su 6 avril 2012, il peut présider toutes les rencontres de la représentation nationale « , explique un constitutionnaliste.

C’est d’ailleurs pourquoi l’honorable Younoussi Touré n’a pour titre officiel que « président de l’Assemblée nationale par intérim « , car il est le 1er vice-président de l’Hémicycle. Mais, s’empresse-t-il d’ajouter, du fait qu’il a dirigé aussi la transition, il a acquis le statut d’ancien président de la République.

Jouissant ainsi des honneurs et privilèges dûs à ce rang, il sera surprenant que Dioncounda Traoré accepte de venir présider encore l’Assemblée nationale. « Je crois plutôt qu’il a droit à un repos bien mérité. Cela m’étonnerait qu’il descende encore dans l’arène parlementaire « , a confié un haut cadre de l’ADEMA, juriste de formation.

Un autre constitutionnaliste ayant aussi requis l’anonymat a expliqué que le principe de la séparation des pouvoirs serait violé, dans une certaine mesure si l’ancien président de la République vient diriger à nouveau l’Assemblée nationale. « Mais, comme on est au Mali, tout est possible « , a-t-il ironisé.

Joint par nos soins pour en savoir plus sur cet éventuel retour de Dioncounda, l’honorable Younoussi Touré a déclaré: «le président Dioncounda peut revenir à sa place à l’Hémicycle. C’est son droit. J’ajoute que je l’accueillerai avec tous les honneurs dûs à son rang».

Signalons que la réunion d’hier dans les bureaux de l’honorable Younoussi Touré aurait planché sur le toilettage à apporter au règlement intérieur de l’Assemblée nationale pour éviter des flous concernant le cas de Dioncounda Traoré mais aussi du vice-président Abdramane Sylla, qui vient d’être nommé ministre des Maliens de l’extérieur.

La rencontre se serait aussi penché sur l’avant projet de loi de finances 2014. Certains susurrent que ce huis clos du bureau de l’Hémicycle devait aussi examiner la possibilité d’accueillir bientôt le nouveau Premier ministre pour sa déclaration de politique générale. Toute chose à laquelle certains députés ne sont pas favorables au motif que les députés actuels n’ont aucune légitimité et que le chef du gouvernement ne viendra présenter sa déclaration de politique générale que devant la nouvelle assemblée qui sera mise en place après les prochaines élections législatives.

Bruno D SEGBEDJI

12 Septembre 2013