Partager

A 15h, cinq des présidents de la délégation se sont réunis à l’aéroport d’Abidjan sous l’égide de Ouattara pour discuter de la marche à suivre. Le nigérian, Goodluck Jonathan n’aurait pas fait de voyage jusqu’en Côte d’Ivoire.

13h : Suite à l’empêchement d’atterrir des chefs d’États de la CEDEAO à Sénou Bamako, une réunion extraordinaire se tient à Abidjan. Cette réunion sera suivie par une déclaration commune.

— –

L’aéroport de Sénou Bamako a été brièvement envahi ce matin du 29 mars 2012 par les pro-putschistes avant d’être repoussés par les forces de l’ordre.

L’avion du président ivoirien, chef de cette mission de six présidents de la CEDEAO qui devait venir rencontrer la junte militaire en place, a fait demi-tour aux environs de midi.

Par la voix de RFI, nous avons appris que le président burkinabé, Blaise Compaoré, a également décidé d’annuler son vol.

Le président ivoirien avait quitté Abidjan à 10h GMT pour se rendre chez nous. « La réunion devrait se tenir à l`aéroport de Bamako à 12 heures, selon les informations en notre possession », a affirmé une source à l’AFP ABIDJAN.

Cette délégation, conduite par le président de la CEDEAO se composait des présidents du Burkina (Blaise Compaoré), du Bénin (Thomas Boni Yayi) du Liberia (Ellen Johnson Sirleaf), du Niger (Mahamadou Issoufou) et du Nigeria (Goodluck Jonathan).

Une centaine de manifestants, maintenus à l’extérieur de l’aéroport, brandissent des banderoles hostiles à l’arrivée des chefs d’état dans la capitale malienne. « On ne veut pas des solutions de la CEDEAO », « Vive le CNDRE », « Vive les militaires » peut-on lire sur les banderoles.

Il faut noter une forte présence des forces de l’armée sur les lieux avec le BRDM nommé « AROUN ».

AFRIBONE

29 mars 2012

12h15 – dernière m.e.l. 12h40