Partager

Ces moutons sont disponibles dans le District de Bamako, notamment sur les sites de vente de Sogoniko, Badialan I, Lafiabougou, Torokorobougou et dans les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti. Leurs prix varient de 60.000 à 140.000 Fcfa.

La 16è édition de l’opération de vente promotionnelle de moutons est en cours depuis le 8 juin dernier à Bamako et dans les capitales régionales. Pour s’assurer du bon déroulement de l’opération qui prend fin ce dimanche, le ministre de l’Élevage et de la Pêche, Youba Ba, a effectué hier une visite guidée sur les sites de vente du terrain du Real à Badialan I en Commune III et de Sogoniko en Commune VI du District de Bamako. Pour la circonstance, le ministre était accompagné des membres de son cabinet et des responsables des services en charge de l’élevage et de la pêche.

Cette opération initiée par le gouvernement depuis 16 ans, est réalisée chaque année, en rapport avec les éleveurs qui sont accompagnés dans leurs lieux de production dans le but de soutenir le gouvernement et les populations. Elle a pour objectif d’alléger les souffrances des populations en leur vendant des moutons à des prix abordables. Le premier choix (marqué en couleur verte) est vendu entre 100.000 à 140.000 Fcfa. Quant au deuxième choix (marque jaune), le prix varie entre 75.000 à 100.000 Fcfa. Le prix fourchette du troisième choix (marqué au rouge) varie entre 60.000 à 75.000 Fcfa. L’opération concerne au total 31.000 têtes à travers le pays. Ces moutons sont disponibles dans le District de Bamako, notamment sur les sites de vente de Sogoniko, Badialan I, Lafiabougou, Torokorobougou, et dans les Régions de Kayes, Sikasso, Ségou et Mopti.

La visite a débuté par le terrain du Real à Badialan I où le ministre a pu constater la disponibilité effective des moutons. Apres avoir échangé avec les éleveurs, Youba Ba s’est imprégné de leurs conditions sur le site. Le ministre a noté quelques difficultés liées notamment à l’approvisionnement du marché en eau et en aliments bétail, à la sécurité des sites et aux tracasseries routières auxquelles les éleveurs font face au cours du transport du bétail. Partout où il est passé, le ministre a invité les éleveurs à identifier les moutons à travers les marques de couleurs et à respecter les prix indicatifs.

Le ministre Youba Ba a félicité les éleveurs pour avoir mis en place un contact direct avec les acheteurs. «Il n y a pas d’intermédiaires pour qu’il n’y ait pas de surcoût. C’est une opération que nous allons vraiment continuer pour le bonheur des populations qui viendront acheter des moutons conformes à la religion et à un prix abordable», a déclaré le ministre. En outre, Youba Ba s’est dit très satisfait de l’état d’approvisionnent des sites. «On attendait à peu près 3.900 têtes et nous sommes à 90%. Nous avons également trouvé sur place des clients qui étaient en train d’acheter des moutons. Cela veut dire que l’engouement sera là. Les populations auront des moutons qui répondent aux normes et les éleveurs auront les moyens qu’ils attendent», a apprécié le ministre après avoir fait le tour des sites. Par rapport au retard des clients sur le marché, il dira que la plupart d’entre eux attendent les derniers moments pour s’approvisionner.

Moussa Dia, un marchand de bétail sur le site du terrain Real de Badialan I, a remercié les autorités pour tout le soutien apporté aux éleveurs. Cet éleveur ressortissant de Nioro du Sahel a regretté la cherté de l’aliment bétail qui fait grimper le prix des moutons.

Hier sur le site de vente promotionnelle de Sogoniko, les moutons sont uniquement disponibles en premier et deuxième choix. Parce qu’une ONG humanitaire a acheté entre mardi et mercredi derniers, tous les moutons de troisième choix. Sur ce terrain, des potentiels clients ont fait savoir que certains marchands de moutons dépassent les prix indiqués par les autorités. Sur instructions du ministre Youba Ba, il a été demandé à ces éleveurs de quitter les lieux avec leurs animaux s’ils ne peuvent pas à appliquer les prix indiqués. 

Notons que la vente promotionnelle a été initiée en 2009 par le gouvernement pour permettre aux populations d’avoir des moutons à des coûts abordables. Des espaces pastoraux ont été créés à cet effet à travers le pays dans le but d’accompagner les éleveurs pour permettre à nos compatriotes d’avoir des moutons pour la Tabaski.

Makan SISSOKO

Source: L’Essor