Partager

Le Marché de mouton est fortement approvisionné dans le District de Bamako. Il n’y en a pour toutes les bourses (de 35000 à 275000). C’est le constat positif dressé par le Ministre de l’élevage et de la pêche, Dr Nango Dembélé, aux termes de la visite de terrain qu’il a effectué le 5 septembre 2016, sur certains sites de vente promotionnelle de moutons du District de Bamako, (notamment le stade municipal de la Commune II, et le site de Sotuba), en compagnie du directeur national de production et industrie animale (DNPIA), Amadou Dembélé. Sur les deux sites visités, les interlocuteurs du premier responsable du département de l’élevage et de la pêche, l’ont fait visiter les différentes catégories de moutons disponibles à leur niveau, avant de révéler leurs prix qui varient entre 35000 à 275000 FCFA. A la question du Dr Nango Dembélé de savoir si les gens sont informés de la vente promotionnelle, les interlocuteurs ont répondu par l’affirmative. «Oui, les gens viennent acheter. Mais comme vous le savez monsieur le ministre, c’est à 24 heures de la fête que l’affluence devient grande », ont dit les éleveurs visiblement habitués à la situation. «Nous avons initié la vente promotionnelle pour continuer avec une habitude il y a sept ans. La caractéristique de cette année est que la vente promotionnelle est devenue nationale. Nous l’organisons dans toutes les Régions et dans le District de Bamako, à l’exception de Kidal, Ménaka et Taoudéni pour des raisons sécuritaires. Le souci du département de l’élevage et de la pêche est de permettre aux maliens de fêter dans l’allégresse, dans la joie. Nous remercions les éleveurs pour avoir accepter le jeu. Je rassure qu’on va mettre tout en œuvre avec le département du commerce pour que ces prix soient maintenue et que tout un chacun y trouve son bélier en fonction de sa bourse». A l’occasion de sa visite, les éleveurs n’ont pas manqué d’invoquer les difficultés auxquelles ils sont confrontés comme les problèmes de site, de passage d’animaux, d’aliment bétail, de prêts à la Banque pour éleveurs, etc. A ces inquiétudes des éleveurs, Dr Nango Dembélé a indiqué : « Vous rencontrez les mêmes difficultés que vos homologues de Ségou, de Sikasso, de Koutial, de Koulikoro. Ce sont les mêmes problèmes qui m’ont été soulignés lors de mes visites dans ces zones. J’ai entendu votre message ».

Hadama B. Fofana

Du 7 Septembre 2016