Partager

Ces deux structures de pharmaciens interpellent à chaque occasion les autorités compétentes pour l’application des textes existants contre la vente illicite des médicaments.

LA CONCURRENCE DELOYALE

Malgré les efforts, les officines de pharmacie font face à la concurrence déloyale de la part de ceux qui vendent de manière illicite les produits pharmaceutiques, soit dans les marchés ou de façon ambulante.

Ces pharmacies privées qui payent des impôts, droits et taxes sont fortement concurrencées par des commerçants véreux qui importent frauduleusement des produits pharmaceutiques.

Ce qui est surtout inexplicable, c’est que malgré l’engagement des autorités à combattre le mal, les médicaments de la rue, comme on les appelle, sont exposés partout dans la ville au vu et au su de tout le monde. Alors que sont devenus les textes adoptés pour la lutte contre la vente illicite des médicaments ?

En tout cas, si les autorités compétentes ne sont pas parvenues à interdire la vente de ces médicaments sur le territoire, la population malienne qui est majoritairement analphabète et pauvre et se voit obligée de faire recours à ces médicaments même si les normes de conditionnement ne sont pas respectées à cause du coût élevé des produits vendus dans les pharmacies.

LES PHARMACIES VETERINAIRES CONCERNEES

Il faut par ailleurs souligner que ce problème de vente illicite des médicaments devient de plus en plus compliqué. En effet, au moment où on ne parvient pas à trouver une solution à la vente illicite des médicaments pour hommes, voilà que les pharmacies vétérinaires sont confrontées au même problème.

A ce rythme le pays aura à faire face à un double problème (de santé et économique). Faut-il rappeler que l’importation frauduleuse de ces médicaments entraîne un manque à gagner pour l’Etat puisque les commerçants importateurs de ces médicaments ne payent aucun droit et ni aucune taxe à l’importation?

Aussi, avec la prise de ces médicaments qui ne sont pas conservés dans les normes, il y aura des problèmes de santé publique du fait de leur utilisation et le gouvernement, à travers le ministère de la santé, est obligé de faire face à ces problèmes de Santé, ce qui a des incidences sur le budget national.

LA NECESSITE D’APPLIQUER LES TEXTES

Face à ces problèmes qui entravent le développement économique du pays, pourquoi ne pas appliquer les textes interdisant la vente illicite des médicaments ?

Y a-t-il deux poids deux mesures dans le pays ? Il est nécessaire que les autorités compétentes trouvent une solution à cette vente de médicament de la rue tout en trouvant un moyen de réduire de façon générale les prix des médicaments afin qu’ils soient abordables pour les populations, une importante stratégie de lutte contre la vente de ces médicaments.

Il faut souligner que, récemment, le département de tutelle a procédé à la réduction du prix des médicaments en DCI, mais cet effort demeure insuffisant, en raison de l’extrême pauvreté de la majorité de la population.

Dado CAMARA

21 avril 2006.