Partager

Le jeudi 28 Mai 2008, au Centre International de Conférences de Bamako, le Secrétaire Général du ministère de la Santé, M. Lasseni Konaté, a procédé au lancement de la semaine de sensibilisation sur les dangers de la vente illicite des médicaments, en présence de la représentante de l’OMS au Mali, Mme Fatoumata Binta Tidiane Diallo, du président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Mali (CNOP), le Dr Nouhoum Coulibaly, et des membres dudit Conseil.

Cette 7e édition et ses activités s’articuleront autour de la sensibilisation de la mère et de l’enfant aux dangers du marché illicite des médicaments.

Rappelons que depuis 2002, dans le cadre de la semaine de sensibilisation sur les dangers du marché illicite des médicaments, des manifestations ont lieu chaque année, dans la plupart des pays de la sous-région. Cette campagne de sensibilisation est une initiative de remède, en partenariat avec l’OMS, l’Union Européenne, l’IOPA, l’INSPHARMA et l’ACAME.

Après avoir remercié l’assistance et les partenaires techniques et financiers, le Dr Coulibaly Nouhoum, en sa qualité du président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens du Mali, a situé l’évènement dans son contexte.

Au cours de son intervention, il a salué les efforts déployés par les autorités dans le cadre de la lutte contre la vente illicite des médicaments, et a énumméré les dispositions prises par les autorités maliennes.

A savoir, les créations d’une Commission Nationale de Lutte contre la Vente Illicite des Médicaments; d’une Direction de la Pharmacie et du Médicament, d’un Laboratoire National contrôle de qualité des médicaments ; de l’Inspection de la Santé.

Il s’agit aussi de la diffusion de spots de sensibilisation; d’actions sur le terrain ; et surtout, de la promotion des Médicaments Essentiels. Malgré toutes ces mesures, la vente illicite des médicaments perdure et prend de l’ampleur, avec son corallaire : l’auto-médication et la contrefaçon, a ajouté le Dr Coulibaly.

Il a deploré la propagation du phénomène de la vente illicite des médicaments. Aussi,la population en paie le lourd tribut, sur le plan sanitaire : prise en charge correcte des malades retardés; complications de toutes sortes (rénales, cardiaques, digestives, etc…).

Nous osons espérer que votre engagement à lutter contre toutes les formes de vente illicite ne faiblira pas pour les semaines et années à venir. Car il y va de la santé de toutes nos populations ”, a-t-il conclu.

Quant au représentant du ministre de la Santé, M. Konaté Lasséni, il a prôné un changement de comportement et de mentalité des populations, face à la situation.

Il a ensuite proposé certaines mesures permettant d’empêcher cette pratique. Comme mesures, il a recommandé l’union des corps de la santé (médecins et pharmaciens), donner de vrais informations pour le changement de comportement, la mobilisation des ressources dans le souci de développer les activités, l’amélioration du circuit administratif.

Le représentant du ministre de la Santé a également parlé de combat de l’opposition militante autour de la profession sanitaire et de la mobilisation au tour de la valeur-clé, tout en donnant des exemples concrets aux populations sur l’utilisation des “médicaments par terre”.

M. Konaté s’est dit convaincu qu’avec cette 7e édition, les vides seront comblés. Signalons qu’a l’instar de ce lancement, des activités seront organisées durant toute la semaine à travers le Mali.

Dans le cadre de cette semaine de lutte contre la vente illicite des médicaments, Oumar touré a reçu, des mains de la représentante de l’OMS, un prix d’une valeur de 600 000FCFA du concours d’affiche organisé par le Réseau Médicament et Développement (REMED).

Mariétou KONATE

30 Mai 2008