Partager

mariage.jpg

Depuis quelques semaines, les mairies et centres secondaires d’état civil sont pris d’assaut samedi, dimanche et jeudi, jours de mariage dans notre pays.
Les ballets de cortèges de mariage sont incessants à travers la ville. La circulation est régulièrement perturbée par les cortèges bruyants. Les monuments et espaces verts sont envahis par les couples voulant faire des photos de souvenir. Les espaces de loisirs et les boîtes de nuit sont très sollicités pour les matinées et soirées dansantes.

Mais au delà de ce constat, un tour dans certains centres d’état civil des six communes du district de Bamako permet de se faire une idée de la frénésie de mariages qui a gagné Bamako, ces dernières semaines. Des centaines de mariages ont été célébrés dans les différents centres d’état civil.

La célébration des mariages à la veille de cette période est une pratique fortement ancrée dans les valeurs sociétales de notre pays. Pour nombre de nos compatriotes, c’est l’occasion d’entamer une nouvelle vie en se mariant en ce mois béni. Pour d’autres, il s’agit de trouver quelqu’un pour « préparer la bouillie » de rupture du jeûn, comme on le dit dans le langage populaire.

Au cours des deux derniers mois, déclarations et célébrations de mariages alternent dans les centres d’état civil. Hier au passage de notre équipe de reportage dans les centres secondaires de Kalabancoura, Daoudabougou et le centre principal de Sogoniko, les officiers d’état civil officiaient encore des mariages. « La période est charnière surtout pour les maires secondaires, confirme le maire délégué au centre d’état civil de Missira, Gaoussou Touré dit « Souga ». Le dimanche 26 août dernier, j’ai officié 12 mariages. Il y en a eu encore beaucoup plus la semaine suivante« . Ici, 92 mariages ont été célébrés, durant les mois de juillet et août.

Au centre secondaire d’état civil de N’Tomikorobougou en Commune III, le maire Ibrahim Coulibaly a célébré 40 mariages, contre 3 en janvier, 4 en février et 10 en mars.

Même constat dans les centres d’état civil en Commune IV.
Selon le 4è adjoint au maire en chargé de l’état civil, le centre principal de Lafiabougou a enregistré 58 mariages au cours des deux derniers mois. 46 unions ont été nouées au centre secondaire d’état civil de Hamdallaye I, 35 à Lafiabougou I et 72 Lafiabougou II.

En Commune V, les statistiques relevées dans les différents centres d’état civil affichent 49 mariages célébrés au centre principal du Quatier-Mali, 27 à Bacodjicoroni, 25 à Sabalibougou, 50 à Daoudabougou, 72 Kalabancoura et 31 à Badalabougou durant le seul mois d’août, a indiqué le 1er adjoint au maire, Ibrahima Djoné.

Au centre principal de Sogoninko en Commune VI, l’officier d’état civil a officié 196 unions durant les deux mois. Dimanche prochain, seulement deux mariages y sont programmés pour le moment.

Mais le nombre peut augmenter d’ici là, assure notre interlocuteur. Dans d’autres centres d’état civil, on peut lire de nombreuses déclarations de mariage sur les tableaux d’affichage pour le week-end prochain.

A O DIALLO- L’Essor

07 septembre 2007.