Partager

Le bilan de l’attaque contre des magasins de la Minusma à Sévaré par des manifestants, samedi 12 octobre 2019, a fait état d’une cinquantaine de conteneurs remplis de matériels vandalisés, dont neuf incendiés à moitié, deux véhicules de la Minusma incendiés. Le gouverneur a décrété un couvre feu.

Samedi 12 octobre 2019, une grande manifestation a eu lieu devant la Minusma à Sévaré (Mopti), pour « dénoncer la présence des Forces étrangères et leur inertie face à la situation sécuritaire dans le centre de notre pays », indique un communiqué du ministre Porte parole du gouvernement, Yaya Sangaré.

La manifestation, selon M. Sangaré, a été encadrée par la police et la GRM. « Mais à un moment, les manifestants subitement devenus très hostiles, ont pu accéder au Camp de la Minusma, y saccageant quelques dépôts, et cela malgré le renforcement du dispositif de maintien d’ordre par la police Minusma ».

Le bilan provisoire fait état d’une cinquantaine de conteneurs remplis de matériels vandalisés, dont neuf incendiés à moitié, deux véhicules de la Minusma incendiés. L’expédition n’a pas fait de perte en vie humaine ni de blessé.

Des mesures drastiques

Aussitôt après les manifestations, le gouverneur de la région, le général Abdoulaye Cissé, affirme le communiqué, a effectué le déplacement sur le terrain et a tenu une réunion de crise. La situation s’est calmée en début d’après-midi avec des dégâts matériels importants.

Aux dires du gouverneur, aucune raison ne doit pousser les manifestants à s’attaquer à la Minusma qui, à ses dires, « est venue pour nous aider ». Pour lui, la Minusma ne mérite pas les actes de vandalismes. Le gouverneur aussitôt a instruit aux services compétents d’ouvrir des enquêtes contre les auteurs et complices. Pour le gouverneur, les « assaillants » vont répondre de leurs actes devant les tribunaux. Dans la même foulée, le gouverneur Cissé dit avoir decreté un couvre feu de 18h à 6 heures du Matin sur tout le territoire de Sévaré.

« Toute personne qui devra sortir à ces heures, devra se munir d’une carte d’identité », a prévenu le gouverneur.

Cette manifestation intervient après celle tenue quelques jours plutôt, aux lendemains des attaques du camp de Boulkessi et du poste de Mondoro (38 tués). Ce jour, les manifestants exigeaient le départ des troupes étrangères du Mali.

Amadou Sidibé
L’Arc en Ciel du 14 Octobre 2019