Partager

Sous la présidence de Hassan Samassékou, représentant le Ministre de l’éducation nationale, s’est tenu à l’Ex DNAFLA de Bamako, le 14 septembre 2017, l’atelier de validation du projet de «Guide de suivi évaluation» de la fonctionnalité des Comités de Gestion scolaire (CGS). Organisé par le Programme d’appui à la gouvernance locale financé par l’USAID et mise en œuvre par Tetra Tech, une cinquantaine de participants (les acteurs de l’éducation) ont pris part à cet atelier de deux jours. L’objectif visé par cette formation de validation est de mettre à la disposition de collectivités territoriales un outil performant de suivi évaluation de la fonctionnalité des CGS. Autrement dit, analyser la pertinence et l’efficacité des critères proposés sur la fonctionnalité d’un GCS; valider le circuit de collecte de données; analyser les critères retenus de notation de la fonctionnalité des CGS; valider la matrice de suivi évaluation de la fonctionnalité des CGS.

De vos échanges, indique Hassan Samassékou, sortiront, j’en suis sûr, des propositions utiles pour l’amélioration du projet de guide. «C’est le lieu pour moi, au nom du département, de remercier SNGP/USAID pour son appui technique et financier ayant permis la tenue de cet atelier; d’inviter fortement tous les représentants des services déconcentrés, décentralisés, partenaires à s’engager résolument dans la consolidation de la décentralisation», a-t-il déclaré. Le représentant de l’USAID, Mamoutou Coulibaly, dira au participants : «l’outil que vous validerez au terme de votre atelier permettra aux Collectivités Territoires, aux Services Techniques de l’Éducation et aux Partenaires de disposer d’un cadre de suivi et d’évaluation et de pouvoir classifier les CGS. En outre, il permettra aux CGS, eux-mêmes de s’auto évaluer par rapport aux missions qui leur sont confiées. L’USAID est fière de l’appui qu’elle apporte à la réalisation de cet outil à travers son Projet d’Appui à la Gouvernance Locale (Mali SNGP)». Cette initiative s’inscrit en droite ligne de l’objectif de la Stratégie de l’USAID qui vise à ‘’aider les Maliens à se forger un avenir démocratique, résilient et prospère.’’ Cela ne se fera jamais sans une éducation de qualité et pour tous les Maliens, mais aussi en mode décentralisé conformément à la politique de décentralisation du Mali. Rappelons que les CGS sont des structures mises en place pour la gestion de l’école en mode décentralisé (Arrêté N° 2011-3370/MEALN-SG du 16 Août 2011 portant création, organisation et les modalités de fonctionnement des Comités de Gestion Scolaire). Ils s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre du Programme Décennal de Développement de l’Éducation (PRODEC) et de la politique de décentralisation en République du Mali.

Hadama B. Fofana

Du 02 Octobre 2017