Partager

gire.jpgMardi, au Mémorial Modibo Keïta, la cérémonie d’ouverture d’un atelier de validation du projet de plan d’action national de gestion intégrée des ressources en eau (GIRE) du Mali, organisé par le ministère des Mines de l’Énergie et de l’Eau et la direction nationale de l’hydraulique, a eu lieu sous la présidence de Souleymane Diallo, chef de cabinet du ministère des Mines, de l’énergie et de l’eau.

Etaient également présents, la directrice nationale adjointe de l’hydraulique, Mme Ly Fatoumata Kané, le représentant du partenariat mondial de l’eau, Daniel Lopez, et plus d’une centaine de participants issus de l’administration et de la société civile.

Le Mali a choisi la GIRE comme approche de gestion durable des ressources en eau. C’est dans cette optique, que l’atelier va valider le projet de plan d’action national de gestion intégrée des ressources en eau, traçant ainsi un cadre idéal pour optimiser la contribution de l’eau au développement durable et aider à atteindre les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

Lors du sommet sur le Développement durable de Johannesbourg, la Communauté internationale avait pris, l’engagement d’appuyer les pays dans la réalisation avant 2005 des plans d’actions de Gestion intégrée des ressources en eau. C’est alors que le Mali a engagé un processus d’élaboration d’un plan d’action national, GIRE, a expliqué Souleymane Diallo.

Ce plan, s’inscrit dans le cadre du processus de reforme du secteur entamé il y a près d’une décennie, et dont un des actes majeurs est une loi de janvier 2002 portant Code de l’eau.

Par ce texte, notre pays adopte la GIRE comme approche de gestion durable de ses ressources en eau, a indiqué Mr Diallo.

Une politique nationale de gestion intégrée des ressources en eau a donc été élaborée par les pouvoirs publics et l’ensemble des acteurs du secteur (populations, collectivités, usagers et professionnels).

Une cellule a été installée en mai 2002 pour élaborer et lancer le plan d’action de la GIRE.

Cette cellule est chargée de piloter toutes les activités de la GIRE. A ce jour, elle a organisé plusieurs ateliers de formation qui ont regroupé les acteurs directs à Bamako et dans toutes les capitales régionales.

Informations collectées durant ces différentes sessions ont permis de rédiger le projet de plan d’action. Ces ateliers ont également offert à l’équipe de la GIRE une vision globale sur tous les acteurs et la possibilité de jauger les capacités de chacun.

Rappel a été fait par Souleymane Diallo, que le Mali, fait partie des cinq États africains élus à l’initiative du gouvernement canadien d’appui au processus d’élaboration des plans d’action GIRE à travers le partenariat mondial de l’eau.

Durant les trois jours de travaux, les participants, vont plancher sur les rapports sur l’état des lieux des ressources en eau et celui sur l’avant projet de plan d’action de GIRE

24 mai 2007.