Partager


En vue d’améliorer la productivité de l’élevage au Mali à travers des activités de production, de commercialisation de vaccins, de contrôle hygiénique et de recherche en santé animale, le Laboratoire Central Vétérinaire (LCV) est à pied d’œuvre pour la mise en place d’une unité de production.

Cette information a été donnée aux journalistes la semaine dernière par les responsables du Projet de Développement de l’Aviculture au Mali (PDAM) et ceux du LCV.

Cette journée d’information était placée sous l’égide du responsable de production de vaccin au LCV, Sidi Mohamed, en présence du Directeur Général Adjoint du Projet, Ousmane Traoré et de son chargé de communication, Maïga Abdourhamane.

Elle s’est achevée dans les locaux de la société SIPROVET qui a contribué à la fourniture de deux cent soixante-trois articles et quarante désignations de réactifs chimiques.

Il est clair que le projet a connu des difficultés sur la ligne de démarrage. Les échanges ont permis de comprendre l’importance de ce projet et les problèmes qui ont miné le terrain pour un réel décollage de la production de vaccin.

Actuellement, le PDAM et le LCV, avec l’appui du Ministère de l’Elevage et de la Pêche, sont à pied d’œuvre pour obtenir une assistance technique pour démarrer la production de vaccin.

En effet, le LCV s’est engagé dans la démarche qualité depuis 2004. Le système qualité, dont la mise en place est en cours s’est fixé comme objectifs de développer le laboratoire et d’assurer sa pérennité, de stimuler la participation et la responsabilité du personnel, développer la compétence à tous les niveaux hiérarchiques à travers l’expertise des spécialistes.

Le Laboratoire a besoin non seulement d’améliorer ses outils de production, mais aussi le management de son unité industrielle, en adoptant le nouveau dispositif d’assurances qualité et les bonnes pratiques de fabrication conformément aux normes internationales.

C’est pourquoi, pour répondre efficacement aux besoins en vaccins aviaires des marchés intérieurs et sous -régionaux, le LCV est aujourd’hui à pied d’œuvre pour se doter d’une unité de production de vaccins aviaires équipée, grâce à l’appui du Projet de Développement de l’Aviculture au Mali (PDAM) à travers le financement de la BADEA.

Cette unité de production permettra au LCV de centrer ses efforts sur la prévention et l’éradication des maladies animales à travers la mise à la disposition des services et des professionnels, de vaccins de qualité et en quantité suffisante.


Gnimadi Destin

02 Juin 2008