Partager

Les États-Unis et la Chine ont annoncé des dons de véhicules à l’armée centrafricaine en pleine reconstruction, dans un pays ravagé par les violences des groupes armés qui le contrôlent en grande partie.Par ailleurs, la Russie a – avec l’aval de l’ONU du fait d’un embargo sur les armes – fait un don d’armement à la Centrafrique début 2018. Pékin a également demandé à l’ONU une exemption à l’embargo pour à son tour livrer des armes en juin, mais le Conseil de Sécurité de l’ONU s’y est opposé.Par ces dons d’armement, moyens de transport et formation militaire, ces pays cherchent à renforcer leur influence dans un État stratégique, riche en ressources telles que les diamants, l’or, l’uranium et le bois.Poly Technologies, entreprise d’armement publique chinoise qui a donné mercredi les véhicules à l’armée centrafricaine, a ainsi fait de l’exploration pétrolière dans le nord du pays entre 2007 et 2017.Les instructeurs russes, selon une source diplomatique, seraient eux chargés, en plus de la formation des soldats, d’assurer la sécurité d’une société minière appartenant à un Russe. Début août, Moscou a démenti et rétorqué que sa présence militaire ne visait qu’à former les forces locales.La Centrafrique est embourbée dans un conflit meurtrier depuis six ans qui a déplacé plus d’un quart de ses 4,5 millions d’habitants.AFP.