Partager

Va-t-on vers un dénouement heureux dans l’affaire Oumar Ibrahima Touré, qui avait un tant soit peu, ébranlé le parti de la poignée de mains ? En tous les cas, tout porte à le croire d’autant que l’intéressé lui même s’y est personnellement impliqué.

L’information circule depuis quelques jours sous le manteau. Oumar Ibrahima Touré veut se réconcilier avec le Bureau exécutif de son parti. Une bonne nouvelle pour certains qui y voient, les signes d’une sagesse retrouvée et d’une dilution totale de certaines ambitions “personnelles”, à l’origine du “break”. Pour joindre ainsi l’acte à la parole, le 2e vice-président de l’URD a adressé un courrier, ces jours-ci, au Bureau exécutif de son parti et dont la teneur est sans équivoque.

Dans celui-ci, Oumar Ibrahima Touré se plie en quatre et promet de ranger désormais cet épisode douloureux dans le bac des mauvais songes. En d’autres termes, Oumar s’excuse pour “l’incompréhension” et s’engage aujourd’hui plus qu’hier, à revitaliser son parti, à travailler dans le sens de son unité et de sa cohésion.

Pour en arriver là, que de tractations. L’axe Bamako-Ouaga a connu un regain d’activités. Ajoutés à cela, les bons offices de tous ceux pour qui l’URD représente quelque chose. Reste maintenant à savoir la suite que le bureau exécutif de l’URD, réuni hier, donnera à cet appel du “frère”. Encore qu’il arrive à un moment crucial où le parti a plus que besoin de toutes ses forces pour ratisser large. Selon une source bien introduite, deux cas de figure sont envisageables.

La première est une réduction drastique de la suspension de six mois. Ce qui n’est pas mauvais en soi, commentent notre source. La deuxième est une remission, une mesure de “grâce” en quelque sorte. Celle-ci, si elle advient, aura, on s’en doute, le mérite de réconcilier des “frères” que tout semble unir.

Amadou Sangho

27 Novembre 2008