Partager

Portée sur des fonts baptismaux en 2005 à Abidjan, la section URD – Cote d’Ivoire, a fait un parcours remarquable, avec une implantation significative de ses sous sections sur l’étendue du territoire ivoirien. Cependant, malgré l’apparente cohésion du Bureau exécutif, les dissensions internes menaçaient la cohésion de la section et faisaient craindre une division entre les dirigeants de la Section à Abidjan. Heureusement, la récente visite du «Parrain», Soumi Champion à Abidjan, a vite dissipé les velléités.

Depuis le dernier voyage du Président Younoussi Touré en Cote d’Ivoire, les dirigeants de la section URD (Union pour la République et la Démocratie), ne cessaient de se tirer dans les «pattes».

Tout serait parti d’une malencontreuse dispute entre le Secrétaire Général et la Présidente des Femmes de la Section, à l’accueil de la délégation à l’Aéroport d’Abidjan. Selon certaines indiscrétions, à l’arrivée du Président Younoussi Touré, pour l’anniversaire du Parti, fêté dans la Capitale Ivoirienne en Août dernier, la Présidente des Femmes aurait demandé que la délégation transite par sa famille, avant d’aller à l’hôtel.

Proposition que le Secrétaire Général aurait énergiquement rejetée, arguant que la délégation est d’abord sous la responsabilité de la section, qui doit décider de la résidence de ses hôtes. La section arrive, par la suite, à arrondir les angles, en logeant d’abord la délégation à l’hôtel avant d’aller saluer la famille Bocoum à Treichville.

Cette dispute a cassé un ressort dans les relations, pourtant sans nuage jusqu’à ce jour, entre les deux leaders de la section. Dès lors des accusations, d’un coté comme de l’autre, commencèrent à se faire entendre.

Le camp du Secrétaire Général, accusait la Présidente de tout faire pour le faire sauter de la direction de la section. Dans l’entourage du Secrétaire Général, on reprochait également à la Présidente d’avoir orchestré une campagne de dénigrement à l’encontre de ce dernier, auprès de l’instance du Parti à Bamako, dans le seul but de le faire évincer de la tête du Parti en Cote d’Ivoire.

Informé de ce que cette dernière complotait dans son dos, dans la capitale malienne, le Secrétaire Général aurait donc préparé la riposte. Une Assemblée Générale élective du bureau des femmes fut immédiatement programmée, alors que la titulaire du poste séjournait encore à Bamako.

L’AG aura finalement lieu, mais n’a pu aller à son terme, car la présidente sortante, arrivée en catastrophe demandera le report pur et simple des élections pour vice de forme. Interrogée sur la situation, la Présidente a qualifié d’allégations mensongères, tout ce que lui reproche son Secrétaire Général.

Elle dénonce le complot ourdi dans son dos par ce dernier et son clan pour l’éjecter de son poste, au profit d’une autre. «Ils ont voulu me traîner dans la boue dans le seul but de placer la personne de leur choix à la tête des femmes. Je leur dis que cela ne marchera jamais ici», a-t-elle confié.

Le Chef charismatique du Parti, Soumaïla Cissé a séjourné pendant tout le week-end dernier à Abidjan. De source proche de la section, il a rencontré les différents protagonistes de l’affaire. Bien que n’ayant pas voulu se prononcer sur la question, les nuages se seraient dissipés comme par enchantement, entre les belligérants. Repli stratégique ou véritable fin des hostilités ? Ils ont bien caché leur jeu.

Pourtant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt, la tension est toujours là, même si on la dissimule au grand jour.


De Gildas

correspondant du Républicain à Abidjan

30 Janvier 2009