Partager

Suite à la suspension du 2ème vice-président par le bureau exécutif national de l’URD, les réactions ne se sont pas fait attendre, en signe de protestations. Elles proviennent de partout et de toutes les structures. Un sérieux et cinglant désaveu de cette décision de la direction du parti, qui a provoqué le courroux des militants du parti de la poignée de mains. Les protestations sont d’abord venues de la jeunesse.

Ensuite, ce sont plusieurs sous-sections, notamment celles du nord, qui ont pris le relais. Nous vous proposons la lettre de protestations des principaux intéressés dans cette affaire. Il s’agit plus précisément des secrétaires généraux des sous-sections de Ségou que Oumar Ibrahim Touré avait rencontrés dans la nuit du 23 au 24 août dernier. Ceux-ci, dans cette véritable pétition, manifeste leur indignation et leur incompréhension face à une décision qu’ils ne partagent pas. Lisez plutôt.

Union pour la république et la démocratie (URD)

Collectif des secrétaires généraux des sous-sections URD du cercle de Ségou


Au président de l’URD

Bamako (voie hiérarchique)

Objet : Recommandation
Camarade président,

Nous avons appris avec regret dans la presse publique et privée le communiqué concernant la suspension pour six (6) mois des activités du parti, de monsieur Oumar Ibrahim Touré, 2ème vice-président de ce parti et ministre de la République.

Cela suite à une correspondance adressée au Bureau exécutif national du parti ; par la section de Ségou, qui lui reprochait de s’être entretenu directement avec certains secrétaires généraux des sous-sections du cercle de Ségou lors de son passage à Ségou dans la nuit du 23 au 24 août 2008.

La transparence aurait voulu qu’une enquête soit faite au niveau des secrétaires généraux pour que le bureau national puisse valablement se prononcer en toute connaissance de cause.

Néanmoins, nous avons le devoir de donner les réponses à certaines questions qui auraient dû être posées s’il y avait eu une enquête préalable.


Il s’agit des questions suivantes


Question : Qui a demandé la rencontre avec le ministre ?

Réponse : Ce sont nous, les secrétaires généraux, qui avions sollicité de rencontrer le ministre en privé.

Question : Pour quel motif avez-vous voulu rencontrer le ministre ?

Réponse : Exposer certains de nos problèmes au ministre pour un éventuel appui matériel dans le cadre du renforcement de notre parti dans nos communes et préparer les élections communales de 2009.

Nous ne comprenons pas pourquoi certains membres de la section de Ségou, qui ont toujours eu des entretiens privés avec le ministre à plusieurs reprises lors de ses différents passages à Ségou, s’opposent au nôtre avec le même ministre.

Nous pensons qu’un argumentaire détaillé de la part du bureau national, répondant à chacune des nombreuses questions qui se posent par rapport à cette décision, aurait été le bienvenu pour l’information complète des militants.

Notre parti est dans une des crises les plus graves de son histoire.

Pour tous ces motifs, les sous-sections URD du cercle de Ségou dont nous sommes les secrétaires généraux signataires de la présente, se désolidarisent de cette décision du bureau exécutif national de l’URD.

Nous demandons sans délai au BEN d’annuler purement et simplement cette décision de suspension de Monsieur Oumar Ibrahim Touré, qui a tout donné à ce parti, au regard des différents comptes-rendus de la même section URD de Ségou. Car si nous allons aux élections dans les conditions actuelles, c’est l’échec assuré et l’éclatement du parti. Or, le parti n’est l’outil de personne en propre, mais le bien de nous tous, pris collectivement. Il est le fruit de cinq (5) ans de luttes, de sueur et de sacrifices.

Pour le respect de la mémoire de tout cela, nous demandons à chacune et à chacun, quelque soit son poste, de mettre l’intérêt du parti au-dessus de toutes les ambitions personnelles, quelle que soit la légitimité de telles ambitions. Il est de votre devoir de veiller à l’unité et à la cohésion du parti, faute de quoi, l’histoire vous jugera pour y avoir manqué.

Nous sommes prêts à rencontrer le BEN s’il le désire pour toutes informations complémentaires. Nous espérons que cette recommandation des différentes sous-sections de l’URD dont nous sommes les dirigeants, sera entendue afin de retrouver l’unité et la cohésion nécessaires pour l’avenir de notre parti.

Veuillez recevoir, camarade président, l’expression de nos salutations militantes et fraternelles.

Fait à Ségou, le 03 octobre 2008
Ampliations :

Groupe parlementaire URD…

09 Octobre 2008