Partager


Dans la perspective des élections communales de 2009, la section de la jeunesse URD de la Commune III du District donne déjà le ton. Aussi, le dimanche 27 Juillet 2008, une grande manifestation sportive d’arts martiaux a regroupé tous les responsables et militants de ladite section du parti au niveau de la Commune.

Cette grande manifestation organisée par les jeunes de la section III du parti de la “Poignée de mains” en Commune III s’est tenue dans l’espace aménagé près du Boulevard de l’Indépendance, non loin du Centre Culturel Français (CCF).

A cette activité des jeunes du parti, on notait la présence entre autres du Secrétaire Général des jeunes de la section, du président du Bureau Exécutif National du mouvement des jeunes URD, du président d’honneur de la section du parti, de la présidente de la section des femmes, des présidents des sections jeunes du District de Bamako, des membres de la commission d’arbitrage et du contrôle financier de la Commune.

Pour agrémenter cette activité, la section jeunesse URD de la Commune III a fait appel à l’école des maîtres de plusieurs disciplines d’arts martiaux : le taekwondo, le kunfu, le shutokan, le kin box et les disciples de l’ACDS. Par plusieurs passages, ces écoles ont effectué des démonstrations de tout leur savoir, au cours de cette manifestation organisée par les jeunes de la section URD de la Commune III.

Rappelons que ladite section compte 24 comités et 19 sous-sections. A en croire le Secrétaire Général des jeunes de la section, M. Mohamed M. Maïga, les démembrements sont également en cours, suite à une correspondance du Bureau Exécutif National. Par la voix de son Secrétaire Général, la jeunesse URD de la Commune III s’est assignée des tâches et missions principales.

Il s’agit d’instaurer la cohésion au sein de la section du parti et de la renforcer par le dialogue et l’entente, d’oeuvrer aux cotés des sections des femmes pour l’application correcte des mots d’ordre du parti dans tous les quartiers de la Commune III, et de contribuer au renforcement de l’unité au sein des militants et sympathisants de l’URD dans la Commune.

Selon son Secrétaire Général, avant la mise en place de la coordination des jeunes du District, la section des jeunes de la Commune III proposera des séries de rencontres à ses camarades des autres Communes en vue d’instaurer un cadre de concertations et d’échanges, pour mieux cerner les vrais problèmes des jeunes, surmonter les difficultés de parcours, et en même temps, proposer des solutions concrètes.

Cette activité s’inscrit également dans le cadre de la mise en oeuvre du programme d’activités de la section, après la formation de 12 jeunes filles à la maîtrise des techniques de teinture et l’organisation d’une Coupe de football, a révélé M. Mohamed M. Maïga.

Le Secrétaire Général de la section a également profité de cette manifestation pour informer de la formation en cours de jeunes diplômés sans emploi en Informatique, de la médiation et de l’organisation d’une soirée de balani , en vue d’instaurer la paix au sein d’un groupement de femmes dénommé Benkadi à Ouolofobougou-Bolibana.

Signalons que de nos jours, le parti de Soumaïla Cissé jouit d’un important capital de sympathie auprès des populations de cette Commune. Aussi, tout en profitant de cet élan de sympathie, la section des jeunes a promis de travailler sans tarder dans la sérénité, selon le Secrétaire Général, M. Mohamed M. Maïga. “Les jeunes ont des attentes claires et ciblées. Ils veulent des réponses concrètes, à travers des mesures effectives et des réalisations pratiques“, a-t-il ajouté.

Pourtant, de nos jours, un constat s’impose : la déception, la désillusion, le désoeuvrement, l’absence de dialogue et d’écoute, sont parfois autant d’expressions dont se sert la jeunesse pour manifester son désintérêt envers la politique. Mais pour Mohamed M. Maïga, ce sont également les raisons principales qui doivent motiver l’adhésion aux formations politiques. C’est pourquoi, face aux enjeux des communales de 2009, le Secrétaire Général de la section des jeunes a déclaré : “Notre place est au centre et non à la périphérie du jeu et de l’action politique”.

Laya DIARRA

30 Juillet 2008