Partager

Le temps du culte de la personnalité est résolu. La tactique et la stratégie visées par Siaka Diakité, secrétaire général de l’Union nationale des travailleurs du Mali, sont déjà vouées à l’échec. Il a toujours utilisé la grande propagande et le trafic d’influence pour régner ou imposer sa volonté au sein de la centrale syndicale. Il est à la tête de l’Union nationale des travailleurs du Mali (UNTM) depuis 1997, soit 16 ans de monopole au niveau de cette centrale.Quant à Tibou Telly, à la tête du SNEC depuis 1991, avait lui aussi monopolisé la direction de ce bureau exécutif jusqu’à sa retraite.Seydou Diarra du Synapostel, le trésorier à vie de l’UNTM.

Siaka Diakité et son clan à savoir : Tibou telly, Seydou Diarra, Ibrahima Famaga coulibaly, Sékouba Kontaga, Kanouté. Ce sont ceux-ci qui constituent la véritable plaie de l’Union nationale des travailleurs du Mali. Ils pensent qu’ils peuvent demeurer éternellement à la direction de la centrale. Ils sont pratiquement tous soient à la retraite, ou à moins de deux ou un an de la retraite.

Siaka Diakité était presque le seul interlocuteur avec l’Etat. De ce fait, il torpillait en sa guise les plates formes revendicatives pour faire du boucan et très généralement, il ne faisait pas de compte rendu fidèle. C’est pour quoi Siaka Diakité est rattrapé par l’histoire dans la gestion de plusieurs dossiers brûlants des travailleurs.

Certaines mauvaises langues parlent de son rapprochement avec les différents gouvernements moyennant des enveloppes. Les militants désavouent sa longévité et sa mauvaise gestion à la tête de l’UNTM depuis 1997.

Chaque chose à son temps, ils ont fait leur temps et doivent se taire au risque de sortir par la petite porte. Les militants sont déterminés à aller vers le renouveau c’est-à-dire du sang nouveau dans le monde du syndicat.

La gestion obscure des fonds de l’UNTM

Seydou Diarra, trésorier à vie, depuis le congrès de 1997, il occupe la trésorerie de l’UNTM et cela jusqu’à nos jours. Personne ne pourra dire comment le trésorier gérait les fonds avec Siaka Diakité. Ce dernier confectionnait les pagnes du 1er mai chaque année et gérait les ristournes avec son secrétaire général.

Les subventions octroyées à l’UNTM sont gérées par lui et son chef, sans aucun compte rendu à certains membres du bureau exécutif, encore moins aux militants. La gestion de la boîte de nuit contigüe à l’UNTM est opaque.
Pourtant, elle est donnée en bail à l’UNTM. Voilà, clairement ce qui explique les agitations de Seydou Diarra parce qu’il sait que son fauteuil est lié à celui de Siaka Diakité.

Brin COULIBALY

15 Juillet 2013